Les couleurs du temps jadis dans les autochromes de Gustave Gain

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/08/2013 à 14H36
Pêcheuses sur la plage, Siouville-Hague (Manche) Gustave Gain, autochrome

Pêcheuses sur la plage, Siouville-Hague (Manche) Gustave Gain, autochrome

© Archives Départementales de la Manche

L'abbaye de Voeu en Normandie accueille jusqu'au 15 septembre 2013 une exposition des oeuvres de l'un des pionniers de la photographie : Gustave Gain. Avec "Couleurs sensibles", le visiteur découvre les autochromes que le photographe réalisait lors de ses voyages en France et à l'étranger ou avec sa famille.

Explorateur de l'âme et des contrées lointaines, chimiste de formation et passionné de photo, Gustave Gain s'est emparé au début du XXe siècel de la technique développée par les frères Lumière : l'autochrome. Ce procédé de film photographique couleur impliquait des plaques de verre, un négatif et de la fécule de pomme de terre. Gustave Gain, fixe les paysages côtiers de la Manche, des portraits de famillle, des natures mortes et aussi quelques nus. 
Reportage : E. De Miniac, P. Latrouitte, B. Odolant 
De 1900 à 1920, Gain réalise des milliers de clichés, ces « diapositives sur verre » : portraits de sa femme, de son fils Pierre, de ses amis, les paysages de Flamanville, Diélette, des natures mortes plus vivantes que jamais, ou encore un reportage au Turkistan où il part en 1914 avec son frère a cheval, il ramène alors les premières photos couleur de cette région. 
Gustave Gain 

Gustave Gain 

© Archives Départementales de la Manche
"Couleurs Sensibles" qui est aussi un livre est à voir à l'abbaye de Voeu jusqu'au 15 septembre 2013, tous les jours sauf le lundi, rue de l'Abbaye - Cherbourg, gratuit.