Les autochromes s'exposent à Grenoble : le jour où la photo a pris des couleurs

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/07/2015 à 18H53
Le charmant pastel des autochromes

Le charmant pastel des autochromes

© France 3

En 1903, les frères Lumière déposent le brevet d’un procédé qui permet de reproduire la couleur sur les photos. Bien que d’utilisation complexe, ce procédé, appelé autochrome, sera abandonné en 1932 après avoir permis la réalisation de 50 millions de clichés. Le Musée Dauphinois de Grenoble propose jusqu’au 21 septembre l‘intégralité de sa collection : 308 clichés couleurs.

Reportage : Denis Vigneau-Dugué, Jean-Pierre Rivet et Philippe Caillat
Il fallait y penser mais c’est le propre des inventeurs que d’imaginer ce que personne avant eux n’avait oser imaginer : pour rendre la couleur sur les clichés, les frères Auguste et Louis Lumière ont recours à … de la fécule de pomme de terre !

Une fine poudre de quelques microns d’épaisseur et teintée des trois couleurs rouge, vert et bleu, recouvre la plaque en verre habituelle. Une couche de résine la fixe. Il n’y a plus qu’à photographier. Et développer, l’étape la plus complexe puisqu’il faut deux développements pour y parvenir. Mais comme cette couche supplémentaire réduit la sensibilité de la plaque, il faut augmenter le temps d’exposition. Ce qui explique pourquoi ces premiers clichés couleur sont facilement "bougés".

C'est aussi la raison pour laquelle, les premiers thèmes photographiés sont d’abord des paysages : moins sujets au mouvement que des personnages - à moins, bien sûr, que ceux-ci ne "prennent la pose".
Portrait en pied

Portrait en pied

© France 3
Ce procédé révolutionnaire ("Bientôt le monde entier sera fou de couleur et Louis Lumière en sera responsable ! " affirme un photographe américain au début du XXe siècle) sera utilisé jusqu’en 1932, supplanté peu à peu par les procédés Kodak et Agfa plus faciles d’emploi.

Néanmoins, le procédé Lumière de l’autochrome aura permis d’immortaliser pour la première fois le monde en couleur. Il sera utilisé pendant la Première Guerre mondiale et ensuite pour photographier différents endroits de la planète.
Des couleurs plutôt contrastées

Des couleurs plutôt contrastées

© France 3

En plus de ces clichés exceptionnels, l’exposition du musée Dauphinois propose différentes animations autour de l’autochrome et de la photo en général.
Une chambre à soufflet

Une chambre à soufflet

© France 3