Le printemps arabe 2011 au centre culturel Una Volta de Bastia

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/01/2012 à 15H10
Un rebelle monte un mat téléphonique pour attacher le drapeau de l’opposition à son sommet.

Un rebelle monte un mat téléphonique pour attacher le drapeau de l’opposition à son sommet.

© Yuri Kozyrev / Noor

Un an après le début du Printemps Arabe, le Centre Méditerranéen de la Photographie présente au centre culturel Una Volta une exposition consacrée à ces évènements qui ont bouleversé les pays du bassin méditerranéen. Des photographes et correspondants de guerre racontent ce qu'ils ont vu.

Le point de départ des révolutions arabes se situe en décembre 2010 en Tunisie. Mohammed Bouazizi un jeune marchand de Sidi bouzid s'immole par le feu pour protester contre la confiscation de son étal de fruits et légumes. Dès lors, un feu de passion gagne le pays, des millions de jeunes gens descendent dans la rue pour s'opposer au chômage, à la précarité et à la politique répressive de Ben Ali. Le mouvement tunisien fait des émules et contagie peu à peu d'autres pays arabes. La place Tahrir du Caire, Bab-El-Oued à Alger, Benghazi en Libye deviennent alors des lieux symboliques où grondent les révoltes.

Une exposition à découvrir au centre culturel Una Volta de Bastia jusqu'au 17 février 2012