Le photoreporter Patrick Chauvel pose la guerre à nos portes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 02/02/2011 à 11H40
Le photoreporter Patrick Chauvel pose la guerre à nos portes

Le photoreporter Patrick Chauvel pose la guerre à nos portes

© Culturebox

Dans l'exposition "Peurs sur la ville", présentée à Paris à l'Hôtel de la Monnaie jusqu'au 17 avril 2011, le photoreporter Patrick Chauvel propose des photomontages composées d'images de guerre replacées dans des décors de nos villes. Une manière de nous placer, nous qui vivons dans la paix, face à notre responsabilité.

Patrick Chauvel était tout juste sorti de l'adolescence quand il a pris ses premières photos d'un conflit armé, c'était au Vietnam. Il a depuis couvert quasiment tous les conflits, y compris l'un des plus violent, celui de Tchétchénie. Il a la réputation d'être de ceux qui prennent le plus de risques pour réussir une image. Il a fait de cette expérience un livre magnifique "Rapporteurs de guerre" dans lequel il raconte son histoire et celle de ses confrères. Dans un autre,"Sky",, il dresse le portrait tragique d'un Indien d'Amérique, rencontré au Vietnam où "Sky" servait dans les troupes américaines. Aujourd'hui celui qui fut aussi l'ami de Jim Morrison a décidé de nous mettre face à nos responsabilités. Grâce à des photomontages, Chauvel place dans notre décor quotidien les acteurs, morts ou vivants, des photos qu'il a prises au long de sa carrière. Parce qu'une guerre, même à l'autre bout du monde, même menée par des gens dont on ne sait rien, nous regarde. L'effet est saisissant. Il nous oblige à nous demander pourquoi nous vivons en paix et nous rappelle cette phrase de Léo Ferré "Le bonheur c'est du chagrin qui se repose". Nul ne pouvant assurer qu'il aura la chance de traverser sa vie sans rencontrer la guerre, cette exposition met chacun d'entre nous en face de son obligation morale de ne pas fermer les yeux sur celle qui dévaste des pays même lointain.

A voir aussi sur Culturebox :
- L'or noir de Tchernobyl vu par Guillaume Herbaut
- William Klein, un visa pour l'image à Perpignan
- Le photojournaliste James Nachtwey expose à Lyon