La Colombie, invitée des Rencontres internationales de la photographie à Arles

Par @Culturebox
Publié le 23/03/2017 à 19H41
Exposition aux Rencontres internationales de la photographie à  Arles (2011)

Exposition aux Rencontres internationales de la photographie à  Arles (2011)

© GERARD JULIEN / AFP

Le directeur Sam Stourdzé a présenté jeudi le programme des 48es Rencontres internationales de la photographie à Arles, qui se tiendront du 3 juillet au 24 septembre à Arles, en annonçant que la Colombie allait "colorer" le festival, dont elle sera l’invitée.

America latina 1960-2016

Plusieurs expositions, sur 32 présentées dans le cadre officiel des Rencontres et une dizaine dans des programmes associés, sont consacrées cette année à l'Amérique latine, notamment "Pulsions urbaines", un panorama de la photographie latino-américaine de 1960 à 2016. "La Vuelta" présentera le travail de 28 photographes colombiens contemporains tandis qu'une rétrospective mettra en valeur le travail de la grande photographe colombienne Paz Errazuriz.

Autre thème des Rencontres 2017, le paysage et le territoire, au travers notamment des photos de Marie Bovo, qui a planté sa chambre photographique dans les trains à bord desquels elle a traversé l'Europe orientale. Seront également exposées des commandes passées par la mission photographique de la Datar à des photographes de renom, comme Robert Doisneau ou Josef Koudelka.
48es Rencontres photographiques d'Arles : conférence de presse

Stars accidentées et désordre mondial

Paysages encore avec les photos de la photographe des stars, Kate Barry, ou celles de Christophe Rihet sur des lieux d'accidents mortels de personnalités, Albert Camus, Grace Kelly, Coluche ou Helmut Newton.

"Une séquence est consacrée aux désordres du monde", a aussi indiqué M. Stourdzé, en particulier une enquête photographique de Mathieu Asselin sur Monsanto et les OGM. Les désordres climatiques sont aussi abordés avec "Un monde qui se noie" de Gideon Mendel.

Niels Ackermann et Sébastien Gobert se sont intéressés quant à eux aux désordres de l'Histoire, partant à la recherche de Lénine, ou plus exactement des statues érigées à sa gloire en Ukraine. Certaines ont disparu, d'autres ont été transformées, dont l'une en Dark Vador. "Notre manière à nous de commémorer le centenaire de la révolution russe", s'amuse Sam Stourdzé.

Résolument ouverte sur le monde, l'édition 2017 des Rencontres accueille aussi 62 photographes iraniens ou le collectif espagnol "Blank paper". L'actrice Audrey Tautou en sera l'invitée surprise avec une série d'autoportraits présentés pour la première fois, tout comme la rétrospective consacrée à l'artiste japonais Masahisa Fukase.