L'Ecole d'Arles et ses nouveaux faiseurs d'images

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/07/2012 à 18H16
Un des clichés de Dorothée Smith, promotion 2010 de l'ENSP

Un des clichés de Dorothée Smith, promotion 2010 de l'ENSP

© Dorothée Smith

Que sont-ils devenus ? La 43ème édition des Rencontres photographiques d'Arles (2 juillet - 23 septembre) va répondre à cette question qui concerne les 674 diplômés sortis de l'École nationale supérieure de photographie créée à Arles voilà trente ans. Vingt-cinq anciens élèves sont exposés. Parmi eux, Sébastien Calvet et Dorothée Smith dont les clichés sont présentés à la Grande Halle jusqu'au 23 septembre.

Parmi les 674 élèves diplômés de l'ENSP, beaucoup ne sont pas devenus photographes à part entière mais la plupart gravitent dans des sphères avoisinantes (musée, galerie, enseignement...). L'école n'a pas formé de stars du marché même si certains ont acquis une certaine notoriété. Cela ne remet pas en cause leur talent et les qualités d'une école dont l'un des leitmotiv est d'être opposée à tout espèce de formatage.


Pour les élèves, c'est une chance, mais le revers existe aussi : "on nourrit ces jeunes d'information, on leur apprend à avoir le sens critique et quand ils sortent, ils ne savent pas quoi faire de tout cela" reconnaît François Hébel, le directeur des Rencontres. Mais il rappelle aussi qu'il faut du temps pour que les regards s'épanouissent et que chacun trouve le sien. Il n'empêche : un an après leur sortie, 78% des élèves travaillent dans la photo. Au bout de deux ans, ce chiffre monte à 95%.

A l'occasion des 30 ans de l'ENSP, un ouvrage collectif intitulé "Qu'avez vous fait de la photographie" est publié chez Actes Sud. Il raconte trente ans de recherche et de création en 400 pages et 400 illustrations.