Jean-Pierre Fouchet, photographe Yéyé de l'argentique, dans le vent du numérique

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/05/2012 à 14H56
Exposition des photos Yéyé de Jean-Pierre Fouchet à la Souterraine

Exposition des photos Yéyé de Jean-Pierre Fouchet à la Souterraine

© Jean-Pierre Fouchet

Authentique et atypique, c'est sans doute la meilleure façon de qualifier Jean-Pierre Fouchet. A l'occasion de ses 50 ans de photographie il expose à la Soutterraine ses plus beaux clichés. Dans cette exposition il présente quelques extraits de sa nouvelle passion : la photo argentique retravaillée au numérique.

Jean-Pierre Fouchet est génétiquement marqué par l'image. Une empreinte transmise d'un côté par sa mère dessinatrice et de l'autre par son père photographe. En 1960 il plonge dans la photo avec un Leïca (excusez du peu),  puis en 1964 il se dote d'un Hasselblad, ce petit appareil au format moyen de qualité exceptionnelle. Dès lors il en fait son compagnon de route pour faire le portrait des plus belles femmes des années 70. Chouchou des magazines de mode les plus prestigieux, ses clichés ornent régulièrement les pages de papier glacé.

 

A la frontière entre la peinture et la photographie, Jean-Pierre Fouchet se sert du numérique pour donner à ses images une teinte picturale.