Hommage à Germaine Chaumel, photographe du quotidien toulousain

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/08/2014 à 16H10
La photographe Germaine Chaumel

La photographe Germaine Chaumel

© Germaine Chaumel

Jusqu'au 30 septembre 2015, l'espace Andromède de Blagnac, près de Toulouse, expose les clichés de Germaine Chaumel, photographe hors du commun qui fut correspondante du New York Times et photographia l’occupation allemande aussi bien que le quotidien de ses contemporains dans la région toulousaine. Des images très sensibles d'un grand intérêt artistique, historique et sociologique.

Germaine Chaumel photographe, certes. Mais Germaine Chaumel chanteuse lyrique renommée. Aussi. Germaine Chaumel, ensuite, dessinatrice de mode, et créatrice de chapeaux. Oui, elle fut tout cela, successivement. Morte en 1982 à 86 ans, elle avait arrêté la photo dès 1950. Et pourtant, les images qu'elle a laissées démontrent qu'elle fut l'une des très grandes signatures de son temps, bien que n'ayant pas rencontré la célébrité.

Adepte de la photo carrée moyen-format comme tous les reporters de son époque, elle ne se séparait jamais de son Rolleiflex. Avec cet appareil mythique, elle a su capter l'important des moments qu'elle photographait à Toulouse et dans sa région. Qu'il s'agisse de clichés de l'occupation, de la visite de personnages politiques ou de portraits de simples mendiants, il y avait là, incontestablement, une "touche Chaumel" que l'on retrouve au long de cette exposition organisée par la ville où elle s'installa pour terminer sa vie.

Reportage : E. Coorevits / D. Hémardinquer / F. Ratel / E. Leroy

"Entre-deux, de Germaine Chaumel à nos jours" 
Espace Andromède de Blagnac, jusqu'au 30 septembre 2014.