Gilbert Garcin et ses "utopies photographiques" à Lunéville

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/04/2015 à 15H57
Une des oeuvres du photographe exposées © Capture d'écran France 3

C'est un artiste atypique auquel le Cri des Lumières (Le Centre National d'arts plastiques de Lunéville) rend hommage. Gilbert Garcin a débuté la photographie à 63 ans. Aujourd'hui on l'expose dans le monde entier.

Tout commence en 1993. Gilbert Garcin vient de prendre sa retraite. Il décide d'acheter un appareil photo. Quelques temps plus tard, il suit des formations aux Rencontres Internationales de Photographie à Arles, notamment sur le photomontage. Les procédés qu'il découvre le passionnent.

Avec des ciseaux, de la colle, du carton, il invente ses propres méthodes, et son propre style. Il se met en scène, comme un Alfred Hitchcok, perdu dans des décors géographiques ou étranges, burlesques parfois, construits sous forme de maquettes. Il les photographie puis rajoute le personnage.

Reportage :  Martine Alcan, Sébastien Rock, Jérôme Choffart, Ludovic Debruyne :
En 1998, soit cinq ans après ses débuts, Gilbert Garcin est repéré au festival des Rencontres de l'Image, à Braga. Une galerie française décide de l'exposer à Paris Photos. La notoriété est fulgurante et ses clichés se retrouvent au fil des années montrés et achetés dans le monde entier. Le photographe est désormais surnommé Mister G.

Aujourd'hui, l'artiste est âgé de 95 ans, il ne quitte guère plus son domicile du sud de la France. Des expositions continuent à être proposées, comme ici, à Lunéville.

Exposition "Les utopies de Gilbert Garcin" au Cri des Lumières, au château de Lunéville, jusqu'au 9 avril 2015.