Fishlove : la campagne dénudée contre la surpêche arrive à Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/05/2013 à 19H41
Le mannequin et actrice Lizzy Jagger a participé à la campagne Fishlove en 2012.

Le mannequin et actrice Lizzy Jagger a participé à la campagne Fishlove en 2012.

© Rankin

Après Jerry Hall, Lizzy Jagger ou Ben Kingsley, l'actrice Mélanie Laurent, l'homme d'affaires Richard Branson et d'autres célébrités ont accepté de poser nus, un poisson dans les bras, pour lutter contre la surpêche dans le cadre de "Fishlove", une campagne lancée il y a 4 ans au Royaume Uni, et qui fait escale à Paris.

"Il ne s'agit pas d'interdire de manger du poisson mais d'inciter à une pêche durable, raisonnée, qui interdise de pêcher les espèces en voie de disparition. Il n'y a pas que les tigres qui ont besoin de nous, les poissons aussi !", explique à l'AFP son initiateur, Nicholas Röhl, patron d'un restaurant de poisson de Brighton - d'où il a banni le thon rouge dès 2000 - qui a eu l'idée de cette campagne, reconduite chaque année depuis 2009.

La galerie Baudoin Lebon à Paris accueillera du 28 mai au 1er juin une exposition de photos réalisées en 2012 par le photographe John Rankin et cette année par son homologue italien Alan Gelati, selon Nicholas Rohl.

Parmi les stars photographiées dans leur nudité avec "une créature marine", dont bon nombre de Britanniques, le public pourra aussi découvrir l'actrice française Mélanie Laurent, tenant un crabe tourteau qui cache sa poitrine et Lizzy Jagger maternant un lieu jaune, qui cache son pubis.

Prochaines séances photos : Paris, Madrid et Rome
Une nouvelle séance de photos est prévue à Paris le 29 mai par le photographe Denis Rouvre avec des stars françaises dont les noms sont encore tenus secrets, selon les organisateurs, qui prévoient également une séance de photos un peu plus tard à Madrid et en ont confié une autre au photographe britannique Mike Figgis à Rome début mai.

"Fishlove" est notamment soutenue par Ocean2012, une alliance d'ONG qui dénoncent la dépendance de l'Europe aux produits de la mer, eu égard à ses réserves halieutiques. Selon une étude d'Ocean2012, si les Français ne consommaient que les poissons pêchés dans les eaux européennes, ils auraient mangé les derniers de l'année dès ce vendredi.