Femmes battues, les photos d'une lutte signées Pierre-Yves Ginet à Chambéry

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/04/2013 à 15H32
Photo de l'exposition "Vous ne pouvez pas rester comme ça Madame"

Photo de l'exposition "Vous ne pouvez pas rester comme ça Madame"

© Capture d'écran Culturebox

La violence faite aux femmes dans le couple est encore de nos jours un sujet tabou. La société tend à minimiser ses impacts et développe souvent une forme de tolérance, de minimisation, voire de banalisation. Le photographe Pierre-Yves Ginet, lui, montre à travers ses clichés l'itinéraire de ces femmes qui font tout pour s'en sortir. Une exposition à découvrir à l'Espace Malraux de Chambéry.

En France,  au cours de l’année 2008, la délégation aux victimes du Ministère de l'intérieur a constaté que 184 personnes sont décédées, victimes de leur partenaire ou ex-partenaire de vie (conjoint, concubin, pacsé ou ex-dans les trois catégories). De ce rapport il ressort que tous les deux jours en France, un homicide est commis au sein du couple. Les chiffres parlent tristement d'eux-mêmes. Pendant plusieurs mois, le photographe Pierre-Yves Ginet a tenté de capter le quotidien de ces femmes en lutte permanente pour s'en sortir et retrouver leur dignité. De ces foyers pour femmes battues, il ressort bien souvent autre chose que de la tristesse. Elles apprennent à revivre, sortent de l'isolement, partagent leurs peines et même leurs joies. 

Reportage de F. Garel-Younsi, D. Albrand, L. Bouchaud
Prise de conscience

On se dit que ce n'est pas possible. Avec l'exposition "Vous ne pouvez pas rester comme ça Madame", le photographe oblige le visiteur à prendre en considération un problème qui peut toucher toutes les franges de la population. Jeunes, vieux, habitants des banlieues ou du centre ville parisien, les violences conjugales peuvent un jour vous concerner directement. 

L'exposition permet aussi aux victimes de ces violences de voir qu'elles ne sont pas toutes seules, que leur cas n'est pas isolé et qu'elles peuvent remonter la pente. L'artiste tient aussi à rendre hommage à toutes celles qui accompagnent ces femmes dans les foyers et ailleurs, pour les aider à s'accepter et rompre définitivement les liens avec leur agresseur. Un regard qui se veut le plus juste, possible, jamais larmoyant, et qui permet de mieux comprendre le quotidien de ces femmes d'une incroyable force morale. Une immersion au coeur de leur combat pour la liberté, pour se sentir enfin femme.

Jusqu'au 4 mai à l'Espace Malraux de Chambéry.
Infos pratiques sur le site de l'Espace Malraux
Violences femmes info :composez le 3919