Expolaroïd : les photos Polaroïd s'affichent pour un mois partout en France

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/04/2016 à 18H01
Cichés exposés à l'Espace Renan à Clermont-Ferrand dans le cadre d'Expolaroïd 2016

Cichés exposés à l'Espace Renan à Clermont-Ferrand dans le cadre d'Expolaroïd 2016

© Capture d'écran France 3/Culturebox

Tout au long du mois d'avril, Expolaroïd s'installe en France et ailleurs, le temps de mettre à l'honneur les pratiques et usages du polaroïd et du film instantané. Un événement qui invite tous les passionnés à s'approprier cet outil pour imaginer et restituer toutes ses possibilités d'expressions. Exemple à Clermont-Ferrand qui accueille de nombreuses manifestations.

L'engouement du polaroïd et du cliché instantané s'est déployé dans toute la ville de Clermont-Ferrand. De nombreux espaces ont été investi par les amoureux du genre pour donner libre cours à leur expression, raconter des histoires ou juste partager leur passion. Une passion pour une technique photographique délogée par la photo numérique, mais qui a su résister et s'imposer par son côté créatif et vintage.
 
Alain Guillemaud a fait le choix de présenter une série de photos à l'atmosphère particulière. Son exposition "Polar Polaroïd" est un regard noir et en couleurs sur une ville dans laquelle rêves et réalités s'entremêlent. A découvrir à la librairie Les Volcans jusqu'au 9 avril.

Reportage : V. Mathieu / R. Beaune / C. Munro / D. Robert


A l'Espace Renan, toutes les possibilités de créations qu'offre le support sont à découvrir à travers une multitude de regards de professionnels ou amateurs. "Mon Pola et moi" est une exposition collective d'originaux et d'agrandissements de "polagraphes" régionaux. 
 

L'aspect vintage des clichés et incontestablement séduisant et contribue forcément au charme suranée d'une photo, sauf que l'utilisation du polaroïd entraîne aussi des contraintes. Pas de place à la spontanéité, un temps de réflexion peut s'avérer nécessaire avant d'enclencher le bouton.

On peut travailler en amont, en réfléchissant beaucoup à ce qu'on va prendre en photo. C'est quand même assez cher pour chaque photo, alors on se limite à un cliché en général. S'il est raté on peut le refaire, mais c'est un exemplaire unique alors il faut essayer de le faire du premier coup.

Pierre-Jean Fontfrède
Photographe


Expolaroïd c'est aussi des concours, des ateliers, des Safari Pola... tout au long du mois d'avril, à Clermont-Ferrand  à Nantes, Paris, Lyon, Saint-Etienne...mais aussi à l'étranger.