Et maintenant, Michel Houellebecq photographe !

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/11/2014 à 16H48
Michel Houellebecq le 5 novembre 2014.

Michel Houellebecq le 5 novembre 2014.

© Miguel Medina / AFP

Ecrivain, essayiste, poète (mis en musique récemment par Jean-Louis Aubert), scénariste, acteur (chez Nicloux mais aussi Kerven et Delépine), chanteur (album "Presence Humaine" en 2000), Michel Houellebecq dévoile un autre de ses talents : celui de photographe. Son regard acéré sur la France désindustrialisée est exposé dans le cadre du Mois de la Photo au Pavillon Carré de Baudouin (Paris 20e).

L'exposition "Before Landing"

L'auteur de "La Carte et le Territoire" expose dans "Before Landing", une série de photographies par lesquelles il construit son rapport à la France depuis le début de son parcours. Une exposition qui entre dans le cadre du thème "Anonymes et amateurs célébres" du Mois de la Photo.

A travers ses images, présentées en séquences poétiques, de territoires désertifiés, hubs ferroviaires ou de centres villes banalisés, "c'est une vision singulière d'un sol natal désindustrialisé qu'il développe", écrit le commissaire d'exposition, le photographe Marc Lathuillière.

"Comme lorsqu'un pays inconnu est envisagé depuis un hublot avant l'atterrissage, il s'agit là d'une approche transitoire du "site France" : une suspension, hésitante, avant d'entrer dans un territoire possiblement hostile."
Michel Houellebecq, France#12

Michel Houellebecq, France#12

© Michel Houellebecq
Photographe, acteur mais aussi "économiste"

Non content d'avoir été remarqué sur les écrans dans deux films cette année - la comédie "L'enlèvement de Michel Houellebecq" de Guillaume Nicloux pour Arte et "Near Death Experience" de Gustave Kerven et Benoît Delépine -, l'auteur des "Particules élémentaires" s'est vu récemment ajouter une corde à son arc: celui d'économiste.

Dans un essai intitulé "Houellebecq  économiste" (Flammarion), Bernard Maris, économiste et journaliste, s'attache à démontrer comment Houellebecq fait preuve dans ses romans d'une analyse lucide des rapports économiques, du monde du travail et de la désindustrialisation. Selon lui, personne mieux que le prix Goncourt 2010 n'a "surpris cette petite musique économique, ce fond sonore de supermarché qui, de ses notes lancinantes et fades, pollue notre existence."
Michel Houellebecq, Mission#01

Michel Houellebecq, Mission#01

© Michel Houellebecq
Houellebecq serait-il en train de devenir une marque ?

Croulant sous ces nombreuses casquettes, Houellebecq  est-il en train de devenir une marque culturelle, une bannière qu'il suffit d'agiter pour s'assurer une présence médiatique?


"Non, ce n'est pas BHL qui est un logo fabriqué par Bernard-Henri Lévy lui même. Houellebecq  fait ce qui lui plaît", estime Pierre Assouline, écrivain et juré du Goncourt. Et lui à 58 ans, se fiche totalement de son image d'homme marqué physiquement par la vie.

Ecrivain singulier, Michel Houellebecq fait ce qui lui plaît au hasard de ses rencontres. "Il a une vraie popularité, il peut se faire plaisir", dit-il. "S'il se casse la gueule, il s'en fout, il peut se le permettre, il incarne pour beaucoup la modernité littéraire, il est traduit dans le monde entier".
   
Même appréciation de Julien Gosselin, dont l'adaptation théâtrale du roman "Les Particules élémentaires" a fait sensation au Festival d'Avignon 2013: "Je ne crois pas qu'il soit dans sa logique d'en faire beaucoup pour être visible". "Houellebecq  n'en a pas besoin, s'il le fait, c'est parce qu'il en a envie", assure le metteur en scène.  
   
Pour Bruno Viard, auteur du livre +Les tiroirs de Michel Houellebecq + (PUF), Houellebecq  "plaît en ne jouant pas la comédie de la séduction sans qu'on puisse déterminer la part d'authenticité et la part de calcul". C'est un être d'une simplicité déroutante, qui semble indifférent à ce que pense la galerie, même s'il a une bonne gestion de son image", ajoute M.Viard.
Pourquoi aimante-t-il les créateurs ?

Qu'est-ce qui attire les créateurs dans son personnage d'auteur maladif, névrosé, déprimé et provocateur, dont les déclarations sur l'Islam ou la prostitution ont suscité un tollé?

Sans doute "son authenticité qui se nourrit de sa difficulté d'être. Il cultive son échec existentiel, il n'a pas honte de sa honte", juge Bruno Viard qui parle d'"écriture du ressentiment", d'un "animal blessé". "Il est le héros de ses livres, il y a une telle osmose, c'est normal qu'il y ait de l'empathie, de la compassion", estime Pierre Assouline.  "C'est quelqu'un de généreux, qui est plutôt ouvert à des propositions", explique pour sa part Julien Gosselin.
Michel Houellebecq, France#05

Michel Houellebecq, France#05

© Michel Houellebecq
Ne pas oublier sa force comique

Sans parler de son "humour extraordinaire", selon Bruno Viard. C'est un "formidable personnage comique", renchérit Pierre Assouline, comme l'a montré sa prestation de Droopy victime d'un enlèvement dans le film de Guillaume Nicloux, diffusé sur Arte en août.

Pour autant, remarque-t-il, "Houellebecq , ça ne marche pas toujours". Unanimement critiqué pour sa médiocrité, son film "La Possibilité d'une île" en 2008 a été un four.  "C'est rassurant", ajoute-t-il, mais "on a encore rien vu".

Un nouveau livre de Michel Houellebecq est annoncé pour janvier 2015.

Exposition de photos "Before Landing" de Michel Houellebecq
Du 12 novembre 2014 au 31 janvier 2015
Pavillon Carré de Baudouin - Marie du 20e
121, rue de Ménilmontant Paris 20e