En Corse, Reza expose sa vision de l'humanité en 130 photographies

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/06/2013 à 11H43
Exposition des photos de Reza Deghati dans la vallée du Panjshir en Afghanistan, en 2009.

Exposition des photos de Reza Deghati dans la vallée du Panjshir en Afghanistan, en 2009.

© MASSOUD HOSSAINI / AFP

Le célèbre photojournaliste franco-iranien Reza Deghati nous ouvre les « Fenêtres de l’âme » à l’occasion d’une exposition en trois actes proposée jusqu’au 30 septembre à Bastia, Bonifacio et Corte. 130 clichés grand format, principalement des portraits, qui nous dévoilent la grandeur de l’humanité mais aussi son coté sombre.

Il arpente le monde depuis une trentaine d’années pour témoigner des tourments et des beautés de l’humanité. Pour lui les yeux sont les fenêtres de l’âme et dans tous ses portraits, ce qu’il recherche c’est ce moment magique où son sujet ouvre cette fenêtre et laisse entrevoir son intériorité.
 
Des regards intenses qui s’affichent en grand format dans 3 lieux emblématiques de Corse.

Acte 1 à Bonifacio, avec "Rencontres", une série de portraits d’hommes et de femmes, célèbres ou non, prêt à partager avec le photographe une partie de leur âme à travers leurs yeux.
 
Acte 2 à Corte avec "Résistances", un hommage aux âmes rebelles que Reza a croisé tout autour du monde.
 
Et enfin acte 3 à Bastia avec "Insouciances" qui nous offre une promenade dans ces instants de grâce, loin des conflits et des tourments de la vie.

Reportage : A.Casabianca, G.Leonetti, J.Antomarchi
 
Qui est Reza Deghati ?
Reza est l’un des photojournalistes les plus reconnus sur la scène internationale. Il prend son premier cliché à 14 ans et publie deux ans plus tard, au lycée, le journal Parvaz (l’Envol), ce qui lui vaut d’être poursuivi une première fois par la police politique. Jeune étudiant en architecture, il affiche clandestinement ses photographies sur les grilles de l’Université de Téhéran. Pour son militantisme artistique contre le régime du Shah, il est arrêté à 22 ans, torturé et emprisonné pendant trois ans . En 1979, il couvre la Révolution iranienne pour l’agence Sipa Press et le magazine Newsweek. Il est définitivement contraint à l’exil en 1981 pour ses photographies dénonçant l’oppression de la République islamique. Il quitte l’Iran pour New York puis Paris.


Exposition "Fenêtres de l'âme" du 20 juin au 30 septembre 2013 :
"Rencontres" à Bonifacio - Remparts de la ville et de la Caserne génoise
"Résistances"   à Corte       - Remparts de la ville et Jardins du Musée de la Corse
"insouciances" à Bastia      - Musée de Bastia