Doisneau expose ses chevaux tout l'été sur les Planches de Trouville

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/07/2014 à 12H24
Ce baiser d'un lad à un poulain, l'un des très beaux clichés exposés tout l'été à Trouville.

Ce baiser d'un lad à un poulain, l'un des très beaux clichés exposés tout l'été à Trouville.

© Robert Doisneau / France 3 Normandie

C'est un aspect méconnu de l'oeuvre de Robert Doisneau qui est à découvrir tout l'été sur les Planches de Trouville. Vingt photos en noir et blanc prises dans les années 50-60 par le célèbre photographe offrent une plongée dans le monde des courses hippique. Une exposition gratuite réalisée dans le cadre des Jeux équestres mondiaux qui débutent le 23 août en Normandie.

Reportage : A.Desachy / C.Duponchel / J.Ledoyen
Son "Baiser de l'hôtel de ville" est célèbre dans le monde entier. Ses clichés du Paris d'après-guerre sont entrés dans le quotidien des Français. On pensait tout connaître de l'oeuvre de Robert Doisneau. On se trompait. Le photographe disparu il y a tout juste vingt ans reste une source inépuisable de surprise et d'émerveillement. La preuve, ces clichés en noir et blanc encore jamais exposés. Il aura fallu des mois de travail pour mettre au jour ces photos prises par Doisneau entre 1954 et 1965. 

Une plongée extraordinaire dans le monde hippique
450.000 négatifs ont été triés et examinés pour exhumer ces pépites. Moment de tendresse entre un lad et son poulain, vente aux enchères d'étalons, fièvre des parieurs dans les tribunes de l'hippodrome de Maisons-Laffitte... Autant d'instantanés qui racontent un monde aujourd'hui disparu : celui des courses hippiques dans les années 50. Nostalgie quand tu nous tiens...

"JEM Trouville, j'aime Doisneau" jusqu'au 31 août 2014 sur les Planches de Trouville. Exposition gratuite.