Didier Lefèvre, l'Afghanistan d'un photoreporter humaniste au Havre

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/04/2014 à 12H23
Qantiwa, Afghanistan, 1986,

Qantiwa, Afghanistan, 1986,

© Succession Didier Lefèvre - 2014

Certains de ses clichés de l’Afghanistan ont fait le tour du monde. Le photojournaliste Didier Lefèvre est à l'honneur à la Bibliothèque Universitaire du Havre. Jusqu‘au 19 avril, le public peut découvrir 70 photos réalisées entre 1986 et 2006, au cours de ses différents voyages dans ce pays déchiré par la guerre. Une guerre qu’il racontait à travers le quotidien des populations.

Reportage : Bénédicte Drouet, Nagib Ben Ghezala, Rozenn Meheust
"C’est une illusion de s’imaginer qu’en allant à la guerre on fera de bonnes photos". Didier Lefèvre, décédé en janvier 2007, était très lucide sur son travail, et ne tirait apparemment aucune gloire des clichés qu’il réalisait, même si certains sont devenus célèbres.

Pharmacien biologiste de formation, il vient à la photo par hasard quand il part insatller un laboratoire de bactériologie dans un hôpital clandestin de la guérilla érythréenne. " Au retour ", racontait Didier Lefèvre, "coup d’état au Soudan, l’aéroport de Khartoum est fermé. J’étais le seul homme avec un appareil. L’AFP a acheté mes photos ". Didier Lefèvre n’a plus jamais refait de biologie.

MSF l’envoyait en reportage et il est devenu photographe petit à petit. En 1986, l’association lui propose de partir en Afghanistan, "à cette époque, c’était comme le Liban pour la génération précédente, et le Vietnam pour celle d’avant. Je n’ai pas hésité ". Didier traverse le pays en suivant une équipe médicale de MSF et une caravane moudjahidin. On est en pleine guerre contre l’envahisseur soviétique. Il va suivre le quotidien des montagnards et vivre un dangereux périple de trois mois lors de son retour vers le Pakistan. Une odyssée humaine qu’Emmanuel Guibert et Frédéric Lemercier vont raconter en BD dans « Le Photographe » parue chez Dupuis en 2003.
BD Le photographe © Dupuis
Ses photos doivent être bonnes puisqu’en 1989, Dideir Lefèvre intègre l’agence Vu où il restera jusqu’en 1993 avant de devenir photographe indépendant. S’il est retourné neuf fois en Afghanistan, il a aussi promené son regard dans d’autres pays : Cambodge, Malawi, Kosovo, Corne de l’Afrique...Mais aussi en France, où il suivait par exemple le Paris-Roubaix.
Col d'Anjuman - Afghnanistan - 1986

Col d'Anjuman - Afghnanistan - 1986

© Succession Didier Lefèvre - 2014
Chaque fois, son regard était celui d’un humaniste. La journaliste Florence Aubenas raconte comment une fermière du Burundi avait interpellé Didier Lefèvre en lui disant : Toi tu es spécial pour un journaliste : on dirait un homme. » 
 
"Didier Lefèvre - Afghanistan 1986-2006", à la Bibliothèque Universitaire du Havre jusqu'au 19 avril 2014. Entrée libre.