Décès du photographe de portrait sénégalais Oumar Ly

Par @valerieoddos Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/03/2016 à 12H34
Photos Oumar Ly

Photos Oumar Ly

© Oumar Ly

Le photographe Oumar Ly est décédé lundi à Podor, la petite ville du nord du Sénégal où il était né, où il avait vécu toute sa vie et où il avait son studio. Il était âgé de 73 ans.

"Le Monsieur est parti. Brutalement. Laissant derrière lui une grande famille et des archives photographiques uniques, relatant la vie des habitants de Podor et des villages bordés par le fleuve, face à la Mauritanie", a annoncé Frédérique Chapuis, journaliste qui l'avait découvert et avait publié un livre de ses photos ("Oumar Ly, portraits de brousse", 2009, éditions Filigranes).
 
Né en 1943, Oumar Ly, dont le père était marabout et maraîcher, vendait ses légumes au marché quand, adolescent, il découvre la photographie. Un expatrié lui tire le portrait et lui donne le cliché : il est fasciné, l'appareil l'a "charmé", disait-il,  et il rêve alors de faire lui-même des photos. Dès qu'il peut, il s'achète un Kodak Brownie flash d'occasion, et commence à prendre ses copains et sa famille en photo.
Omar Ly (à gauche) devant son studio de Podor

Omar Ly (à gauche) devant son studio de Podor

© photo DR


Portraits en studio et dans les villages

Il apprend le métier en autodidacte et ouvre son studio, le studio Thioffy, en 1963, toujours à Podor, au bord du fleuve Sénégal, à la frontière de la Mauritanie. Ayant peu de contacts avec d'autres photographes, il expérimente tout seul, sans l'influence de maîtres. Au début, il fait des photos d'identité, puis des portraits d'enfants, d'adultes, de couples, en groupe ou en famille, dans son studio, où il a imaginé des décors comme la Mecque ou un Boeing 747.
 
Il se rend aussi dans les villages environnants où il improvise des fonds : un pagne ou une natte tendue par des mains auxiliaires, une portière blanche de la 2CV du sous-préfet.
Photo Oumar Ly

Photo Oumar Ly

© Oumar Ly


De Podor à la reconnaissance internationale

Ainsi, il a fait le portrait d'une région pendant quarante ans, en enregistrant les mutations, les modes, les attitudes, des tenues traditionnelles aux pattes d'éléphant et aux minijupes. Il accumule dans son studio des milliers de négatifs qui constituent une véritable archive. Les activités sont prospères dans les années 1960 et 1970 mais il souffre ensuite du développement de la couleur, puis de celui de la photographie numérique.
 
Ses dernières années sont celles de la reconnaissance, avec une exposition à l'Institut Léopold Sédar Senghor de Dakar en 2009, puis aux Rencontres de la photographie africaine de Bamako la même année. En 2010, il était exposé au Musée africain de Lyon, dans le cadre de la manifestation "Afrique et créations", et à la biennale de Brighton. A l'automne 2013, il était à Paris, au Comptoir général, où il avait reconstitué un studio éphémère pour les Parisiens.
Oumar Ly à Bamako