Bastia: La photographe Léa Eouzan s'interroge sur le travail de mémoire

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/03/2012 à 15H04
Le camp d'Auschwitz vu par la jeune photographe Léa Eouzan

Le camp d'Auschwitz vu par la jeune photographe Léa Eouzan

© France3/Culturebox

Avec sa série de photos "Histoire(s) contemporaine(s)", Léa Eouzan s'est interrogée sur le travail de mémoire, en particulier en ce qui concerne la Shoah. Elle a promené son objectif hors des sentiers battus des camps d'Auschwitz, pour nous faire découvrir l'aspect "musée" des lieux. D'un côté des touristes qui se prennent en photo devant des barbelés, de l'autre, le camp d'Auschwitz III, où fut notamment interné Primo Levi. De celui-là il ne reste presque rien. Tout a été détruit pour pouvoir accueillir de nouvelles entreprises. Léa Eouzan porte son regard plein de curiosité sur un sujet évidemment difficile à traiter. Son travail est à découvrir à Bastia jusqu'au 17 mars.

 

 

Léa Eouzan est diplômée de l'Ecole de Photographie "Icart Photo" de Paris et de l'Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d'Arles. C'est en 2006 qu'elle a créé cette série "Histoire(s) contemporaine(s)". Un travail qui a été exposé dans plusieurs villes et qui lui a valu de recevoir le prix HSBC de la photo. 

La photographe a participé à dautres projets en lien avec la seconde guerre mondiale. Et elle s'apprête à partir pour le Cambodge pour photographier la tristement célèbre prison S21. Un lieu de torture et d'exécution utilisé par les Khmers rouges entre 1975 et 1979.