Autophoto à la Fondation Cartier : en voiture pour 150 ans d’histoire automobile

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/06/2017 à 17H40, publié le 23/06/2017 à 11H54
Luciano Rigolini, Tribute to Giorgio de Chirico, 2017. Collection de l'artiste.

Luciano Rigolini, Tribute to Giorgio de Chirico, 2017. Collection de l'artiste.

© Luciano Rigolini (appropriation - photographe inconnu, 1958)

Qu’on l’adore ou qu’on la déteste, la voiture a révolutionné le monde. Plus qu’un moyen de transport, elle est devenue au fil du temps un objet culte. La Fondation Cartier pour l’art contemporain lui consacre une exposition d’une ampleur inédite. 500 photos et autres œuvres d’art célèbrent l’automobile dans tous ses états. A découvrir jusqu’au 24 septembre.

Reportage : P. Sorgues / C. Mirabaud / P. Guennegan / P. Noublanche
Polluante, encombrante, dangereuse…ces temps-ci, la voiture n’a pas forcément bonne presse. Pointée du doigt pour ses émissions toxiques, l’automobile n’a pourtant pas fini de nous faire rêver. La preuve : la Fondation Cartier lui consacre une énorme exposition, à la hauteur de ce que cet objet culte a apporté à nos sociétés. Plus qu’un simple objet usuel, la voiture revêt une valeur sociologique majeure. Des premières autos réservées à une élite, au produit de grande consommation qu’elle est devenue, "Autophoto" revient sur 150 ans d’histoire de la voiture.
Jacques Henri Lartigue, "Une Delage au Grand Prix de l’Automobile Club de France", circuit de Dieppe, 26 juin 1912

Jacques Henri Lartigue, "Une Delage au Grand Prix de l’Automobile Club de France", circuit de Dieppe, 26 juin 1912

© Photographie Jacques Henri Lartigue © Ministère de la Culture – France / AAJHL
Et quelle histoire ! Les plus grands photographes ont été fascinés par ces machines qui ont transformé la notion même de temps et d’espace. Jacques-Henri Lartigue ou Robert Doisneau ont posé, chacun à sa façon, leur objectif sur le mythe. De la sensation de vitesse à la transformation paysagère et sociétale qu’elle a induites, l’automobile apparait sous toutes ses facettes, charrie une identité individuelle et collective, parfois des plus inattendues. Saviez-vous par exemple qu’en Argentine, la Ford Falcon a sinistre réputation ? C’est en effet à bord de ce modèle de voiture que la plupart des enlèvements politiques étaient perpétrés lors de la dictature (1976-1983).
Exposition "Autophoto", au premier plan les clichés du photographe Fernando Gutiérrez.

Exposition "Autophoto", au premier plan les clichés du photographe Fernando Gutiérrez.

© France 3 / Culturebox
Grand témoin de l’Histoire, la voiture a également changé notre quotidien et le paysage qui nous entoure. La mobilité qu’elle autorise a favorisé l’apparition des banlieues en même temps que la naissance d’un secteur industriel, qui aujourd’hui encore pèse lourd dans notre économie. De l’usine Renault de Boulogne-Billancourt photographiée par Doisneau dans les années 30, à l’univers aseptisé des chaines de montage de Toyota Valenciennes, au centre du travail réalisé par Stéphane Couturier, les choses ont bien changé. Une révolution en marche que rien ne semble pouvoir arrêter : le cap du milliard de véhicules sur terre a été dépassé en 2011. Et ça n’est pas terminé…
Stéphane Couturier,  "MELT", Toyota n° 8, 2005. Collection de l'artiste, courtesy La Galerie Particulière, Paris / Bruxelles

Stéphane Couturier,  "MELT", Toyota n° 8, 2005. Collection de l'artiste, courtesy La Galerie Particulière, Paris / Bruxelles

© Stéphane Couturier

Après-midi Mille bornes à la Fondation Cartier, le 1er juillet de 15h à 20h.

Dans le cadre de l’exposition "Autophoto" présentée à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, les Soirées Nomades proposent au duo d’artistes plasticiens Yvan Clédat et Coco Petitpierre de se réapproprier le Mille bornes et d’en imaginer une version grandeur nature dans le jardin de la Fondation Cartier. Entourés de leurs complices, ils préparent un concours avec dossards, arbitres et récompenses à gagner !