America Latina : 50 ans de photo latino à la Fondation Cartier

Par @valerieoddos Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/11/2013 à 17H10
A droite, Eduardo Villanes, Série Gloria Evaporada, 1994, collection de l'artiste, Lima. A gauche, Marcelo Montecino, Managua, 1979

A droite, Eduardo Villanes, Série Gloria Evaporada, 1994, collection de l'artiste, Lima. A gauche, Marcelo Montecino, Managua, 1979

© A gauche, Marcelo Montecino - A droite, Eduardo Villanes

La photographie latino-américaine investit pendant cinq mois la Fondation Cartier à Paris, qui a voulu l’éclairer à travers le prisme de la relation entre texte et image. Ce voyage dans le continent qui parcourt cinquante ans de photographie est l’occasion de voir des artistes peu présentés chez nous (jusqu’au 6 avril 2014)

La période couverte par l’exposition commence en 1960, au lendemain de la révolution cubaine, date charnière dans l'histoire de l'Amérique latine. Les deux décennies suivantes vont être marquées par des dictatures et des mouvements de libération sur l’ensemble de l’Amérique latine.
 
Depuis, la démocratie est revenue, mais la réalité sociale reste difficile dans des pays souvent confrontés à de sérieux problèmes de violence. Ce qui frappe d’emblée, dans l’exposition de la Fondation Cartier, c’est l’engagement des artistes présentés qui prennent position sur la situation politique et sociale de leur région.
Claudia Andujar, sans titre, série Marcados Para (1981-1993)

Claudia Andujar, sans titre, série Marcados Para (1981-1993)

© Claudia Andujar, Collection Galeria Vermelho, São Paulo, Exposition America Latina, Fondation Cartier
 
72 artistes de 11 pays
L’exposition est foisonnante : elle rassemble des œuvres de 72 artistes représentant onze pays, dont on connait peu les photographes pour certains comme la Colombie, le Pérou, le Venezuela. Parfois, on aimerait en voir un peu plus de l’un ou de l’autre, surtout au sous-sol, où le travail est plus conceptuel et plus proche de l’art contemporain, plus difficile d’approche. C’est bien sûr impossible compte tenu du nombre d’artistes exposés. On se contentera donc de cette vaste introduction à l’art photographique du Nouveau monde et on s’en réjouira.
 
Au rez-de-chaussée, on aborde l’univers urbain, qui rassemble désormais 80% de la population du continent et offre un concentré de la réalité sociale, des inégalités et de leur violence. Les photographes jouent beaucoup avec l’écrit qui y est omniprésent, des enseignes aux publicités, faisant aussi parler les murs.
 
Ils le font avec poésie, parfois avec humour. Le Cubain Eduardo Rubèn collectionne les inscriptions incongrues : "Yo uso condon" (j’utilise des préservatifs) à l’arrière d’un camion, un graffiti proclamant "Viva Fidel, Viva el rock, viva el 1° de mayo") (Vive Fidel, vive le rock, vive le 1er mai).
Pablo Ortiz Monasterio, Volando bajo, ca.1989

Pablo Ortiz Monasterio, Volando bajo, ca.1989

© Pablo Ortiz Monasterion Collection Charles et Elvire Fabry, courtesy Toluca Fine Art, Paris, Exposition America Latina 1960-2013, Fondation Cartier pour l’art contemporain
 
La ville a la parole
Au Venezuela, Vladimir Sersa collectionne les inscriptions, enseignes et annonces d’emploi dans les vitrines. A Buenos Aires, Facundo de Zuviria a fait une série de vues frontales de petits commerces au rideau de fer tiré, métaphore de la crise économique du début des années 2000 ("Siesta argentina").
 
Le Vénézuélien Paolo Gasparini joue avec une accumulation d’enseignes, exprimant la trépidation de la ville. Il souligne le contraste entre de grandes publicités et la misère. Le même artiste interroge, en couleur, sur la violence contre les femmes à Ciudad Juarez au Mexique ("El valor de la vida").
 
Car, à côté d’un noir et blanc à l’esthétique classique, la couleur introduit chez d’autres artistes une atmosphère différente, plus chaude, comme l’univers baroque des bas-fonds du Brésilien Miguel Rio Branco.
Leonora Vicuña, El Mundo, calle San Diego, Santiago de Chile, 1981

Leonora Vicuña, El Mundo, calle San Diego, Santiago de Chile, 1981

© Leonora Vicuña, Collection Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris, Exposition America latina 1960-2013, Fondation Cartier
 
Identité et territoire
Plus loin, l’exposition s’intéresse à la notion de "territoires" : on sort de la photographie au sens strict, les artistes s’exprimant à travers la vidéo ou des installations.
 
Depuis le début des années 1970, Claudia Andujar se passionne pour les Yanomami d’Amazonie et les défend. Elle montre ici des photos ambiguës de ces Indiens, un numéro autour du cou, prises pourtant lors d’une campagne de vaccination qui visait à les protéger contre les maladies "importées" qui les menaçaient.
 
La question du territoire est intimement liée à la notion d’identité, essentielle en Amérique latine qui continue à interroger son passé colonial et à se définir face au grand frère du nord. D’où la fresque photographique de Regina Silveira (Brésil), qui assemble des images iconiques et des stéréotypes : Macchu Picchu, Che Guevara, tequila, conquistadores, string sur des fesses bien rondes, footballer ("To Be Continued", Latin American Puzzle).
 
Dans une vidéo, l’artiste brésilienne Leticia Parente se coud sous le pied "Made in Brazil" pour exprimer le contraste entre la culture de sa terre natale et celle de la société de consommation.
Anna Bella Geiger, série Història do Brasil - Little Boys & Girls, 1975

Anna Bella Geiger, série Història do Brasil - Little Boys & Girls, 1975

© Collection de l'artiste, courtesy of Henrique Faria Fine Arts, New York, Copyright de l'artiste, 1975, Exposition America Latina 1960-2013, Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris
 
Du documentaire au concept
Au sous-sol de la Fondation, les œuvres se font plus conceptuelles, pour "informer-dénoncer" ou interroger "mémoires et identités".
 
Avec "Seja marginal, seja heròi", une bannière où on voit un braqueur de banque qui s’est suicidé plutôt que d’être pris par la police, Helio Oiticica dénonce le régime répressif brésilien au temps de la dictature.
 
Au Pérou, Eduardo Villanes dénonce la violence du gouvernement avec "Gloria Evaporada" (1994-95), une série de photos qui font allusion au massacre de l’université La Cantuta (Lima) : la police avait remis les cendres des victimes dans des boites en carton, pour la plupart des boites de lait en poudre Gloria.
Paolo Gasparini, El habitat de les hombres..., Caracas, Bello Monte, 1968

Paolo Gasparini, El habitat de les hombres..., Caracas, Bello Monte, 1968

© Paolo Gasparini, exposition América Latina 1960-2013, Fondation Cartier pour l’art contemporain
 
Les artistes dénoncent la violence
C’est avec une vidéo et de grandes photos en couleur que Juan Manuel Echavarria évoque les violences, des paramilitaires comme des FARC. Dans la première, il filme en gros plan les chants déchirants de témoins et de survivants de deux massacres. Dans les secondes, il fait allusion aux déplacements de populations à travers des écoles abandonnées.
 
Les photos de Milagros de la Torre (Pérou) ressemblent à de banals vêtements : en réalité, ce sont une chemise et une veste "pareballes" (Antibalas).
 
Comme souvent a la Fondation Cartier, il faut prendre son temps pour aborder ce Nouveau Monde. On n’y fait pas un tour rapide. D’autant que l’exposition se termine par un film de deux heures et demie ("Revuelta(s)") : l’artiste paraguayen Fredi Casco est parti à travers toute l’Amérique latine à la rencontre d’un certain nombre des artistes présentés dans l’exposition. Avec la réalisatrice Renate Costa, il a interviewé trente d’entre eux, dans huit pays.
 
Rassurez-vous, si vous n’avez pas le temps de le voir, il est en ligne dans son entier sur le site de la Fondation Cartier.

América latina 1960-2013, Fondation Cartier pour l’art contemporain, 261 boulevard Raspail, 75014 Paris
Du mardi au dimanche 11h-20h (fermé le lundi), nocturne le mardi jusqu’à 22h
Fermeture exceptionnelle de la salle de projection mardi 19 novembre de 11h à 17h, jeudi 21 à partir de 17h et dimanche 24 à partir de 15h. Billet réduit ces jours-là.
Tarifs : 10,50 € / 7 €
Jusqu’au 6 avril 2014