Yves Lévêque raconte la terre au Palais de la Bénédictine de Fécamp

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/04/2013 à 11H45
Yves Lévêque : "L'arbre creux" (détail) / Huile sur toile

Yves Lévêque : "L'arbre creux" (détail) / Huile sur toile

© Capture d'écran Culturebox

Yves Lévêque peint depuis plus de 50 ans. Il se définit lui-même comme un "peintre figuratif" puisqu'il représente tout ce qui a attrait à la nature. Installé dans son atelier de la "Ferme Tilleuil" à Escorpain en Eure-et-Loire, il vit et respire la campagne, qui lui sert de modèle et de vivier d'inspiration. Il présente une vingtaine de ses toiles au Palais Bénédictine de Fécamp jusqu'au 9 juin.

Inutile de le rappeler, Yves Lévêque est une sommité. Installé en Eure-et-Loire depuis 1967, il romp avec la vie parisienne pour se consacrer corps et âme à son art. Dans cette campagne verdoyante, il trouve tout ce qu'il lui faut pour créer. Le peintre, tel le géant Antée dans la mythologie greco-romaine, puise sa force de la terre et laisse glisser son pinceau sur la toile, au fil de l'inspiration. Il passe de nombreuses heures dehors, contemplant les arbres, les champs, les insectes. Mais pas question de peindre en plein air ! Ce qui intéresse Yves Lévêque, c'est ce que la nature permet de révéler en lui. De retour dans son atelier, imprégné des couleurs, bruits et parfums, il se laisse aller à rêver et "retombe en enfance". 

Reportage de E. Darcel, L-L. Galy, R. Méheust
Peindre la vie, laisser entrer le rêve

Ses huiles sur toiles de dimensions très variables proposent une réalité déformée, où plutôt un remodelage de la matière première, celle du souvenir. C'est un peu comme si le modèle original s'estompait dans la tête de l'artiste pour révéler d'autres choses, enfouies quelque part. C'est là que s'exprime sa part d'enfance et une certaine naïveté qui donne à ses oeuvres toute leur authenticité. L'artiste est un total autodidacte. Il a appris très tôt les codes de la peinture classique mais a toujours utilisé ses sensations pour le guider. La nature sert en fait de toile de fond sur laquel il brôde par petites touches de couleurs de nouvelles formes, issues de ses rêves, d'où cette impression d'accéder à un monde fantastique. 

Pour cette exposition intitulée "L'arbre creux", le peintre s'est servi de sa fascination pour un arbre creux qui ne cesse de lui rappeler son enfance, lorsqu'il jouait avec ses frères. L'arbre a subi de multiples modifications et n'est jamais peint de la même manière. C'est comme si à chaque fois cet objet servait de point de départ à une redécouverte de lui-même. Pablo Picasso disait : "Toutes les images que nous avons de la nature, c'est au peintre que nous les devons." Yves Lévêque nous en offre une vision toute personnelle et nous embarque dans son univers coloré, qui invite à une certaine méditation entre tumulte et apaisement. 

Retour aux sources

"Le cheminement d'Yves Lévêque est d'une rare cohérence. Tout ramène au centre même de sa méditation: la terre. Pour cet artiste exigeant, ce thème, toujours repris sous mille facettes différentes, est d'une richesse inépuisable: le miroir du monde. Cette peinture a la transparence blonde et nacrée de la lumière; des champs elle a la densité, le poids, une certaine qualité granuleuse, presque tactile. Elle est aussi peinture de silence et d'apparente immobilité, d'un lyrisme grave d'autant plus émouvant, qu'il est exactement contrôlé.", explique Michel Tournier.

Les oeuvres d'Yves Lévêque sont présentes dans plusieurs collections : au Musée d'Art Moderne de Paris, au Centre Pompidou (Paris), au Musée de Chartres (Eure-et-Loir), au Musée de Skopje (Macédoine) ou encore à la Bibliothèque de France. Cet artiste de grande renommée, empreint de philosophie et de lyrisme, a quelque chose d'authentique tant dans sa forme que dans sa démarche. Un homme simple qui vit en osmose avec son environnement. Serait-ce cela, la paix intérieure ? 

Pour aller plus loin, un ouvrage a été consacré au peintre :
Germain Viatte, Yves Lévêque : A fleur de terre : 1962-2007, quarante ans de peinture, Editions Gourcuff Gradenigo, 2008