Yves d’Anglefort, maître de l’Art Brut

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/05/2015 à 18H46
Dessin d'Yves d'Anglefort

Dessin d'Yves d'Anglefort

© Capture d'image France3/Culturebox

Yves d’Anglefort est un homme atypique. Artiste plasticien, ses œuvres sont exposées dans le monde entier. Une reconnaissance inespérée pour cet Isérois.

Rien ne destinait cet homme à devenir un artiste plasticien. Une enfance chaotique, une vie d’adulte parsemée de difficultés, Yves d’Anglefort aurait pu sombrer. Mais l’art l’a peut-être sauvé même si parfois, il crée dans la souffrance.

Reportage : I.Colbrant/J-P.Rivet/V.Muamba

Un autodidacte  

Autodidacte, Yves d'Anglefort peint depuis 1989, mais son style est reconnu depuis les années 2010. Il utilise principalement des crayons de couleurs. Dans un esprit assez enfantin, il crée des dessins de taille moyenne mettant en scène des histoires complexes impliquant des batailles, des événements sociaux ou religieux.

Il remplit ses dessins de codes personnels, de messages et de sentences, de sigles et d'inventions. Il montre également un intérêt marqué pour les figures de la grande ou de la petite histoire comme Napoléon 1er et ses maréchaux, le Christ, les présidents des États-Unis ou Karl Lagerfeld.


Une reconnaissance internationale


En 2013, un féru d'art tombe par hasard sur une série de dessins qu’il montre à Jean David Mermod, collectionneur et galeriste à Lausanne. Ce dernier rencontre Yves d'Anglefort : une estime réciproque et profonde naîtra. Mermod écrira à propos de ses dessins : « Ces œuvres représentent l’aboutissement de nombreuses années d’errance et de créativité, de souffrance souvent et de bonheur parfois. »

Les œuvres d'Yves d'Anglefort ont aujourd’hui rejoint de nombreuses collections privées et publiques. Ses dessins sont notamment exposées au Musée de l’Art Brut de Lausanne.