"Vue du lac Léman" de Courbet : ce que révèlent les rayons ultraviolets

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/05/2017 à 18H21, publié le 16/05/2017 à 17H43
"Vue du Lac Léman", la toile de Gustave Courbet passée aux rayons

"Vue du Lac Léman", la toile de Gustave Courbet passée aux rayons

© France 3 / Culturebox

Quelques semaines après sa découverte, le tableau de Gustave Courbet "Vue du Lac Léman" a été analysé aux rayons ultraviolets par des scientifiques. Très bien conservé, il a connu une restauration préalable afin de recouvrir des endroits où la peinture manquait. Une fois le processus terminé et les résultats donnés, la toile sera exposée à Granville dans un espace dédié.

Il a dormi pendant plus d’un siècle à l’abri du regard de tous. Découvert en mars dernier, le tableau a bien été attribué au peintre Gustave Courbet. Retrouvée par hasard lors de l’organisation d’une exposition au Musée de Granville, l’œuvre a été analysée par l’Atelier d’Imagerie Scientifique de la Fabrique de Patrimoines.

Reportage : France 3 Normandie - J. Pattier / J. Hamard / E. Desrame
Antoine Cazin est responsable de l’Atelier d’Imagerie Scientifique La Fabrique de Patrimoines, il a été chargé de passer le tableau aux rayons ultraviolets, afin d’y déceler d’éventuelles retouches qui pourraient éclairer les spécialistes quant à l’histoire du tableau : "Ça met en évidence des repeints. C'est-à-dire qu’il y a eu une œuvre de restauration à un moment donné et qu’il a dû y avoir des accidents avec des éléments de peinture manquante, donc une restauratrice ou un restaurateur est venu repeindre ces manques pour retrouver une vision du tableau" explique-t-il. Le tableau a donc subi quelques dommages, mais un travail minutieux a permis de restaurer les manques.

Une analyse émouvante

Moment crucial, le passage aux rayons ultraviolets est toujours attendu avec impatience. L’analyse de "Vue du Lac Léman" a permis de constater le bon état de conservation du tableau. Comme le précise Brigitte Richard, conservatrice du musée de Granville : "C’est toujours émouvant. On voit vraiment le tableau sous toutes ses coutures, et on s’attend, ou pas, à d’éventuelles découvertes. On n’a pas vu de choses qui soient de nature à nous inquiéter sur le plan sanitaire et sur la bonne santé de l’objet."
Les petites fissures foncées sont les retouches qui ont été apportées à la toile, bien après sa conception. Invisibles à l'oeil nu, elles ne se révèlent que sous les rayons ultraviolets.

Les petites fissures foncées sont les retouches qui ont été apportées à la toile, bien après sa conception. Invisibles à l'oeil nu, elles ne se révèlent que sous les rayons ultraviolets.

© France 3 / Culturebox
Si certaines analyses ont révélé des toiles cachées sous des œuvres célèbres, telle "La Dormeuse" d’Ingres retrouvée sous une toile médiocre, ce n'est pas le cas du tableau de Courbet. Loin d’être déçue, l’équipe en charge de l’analyse est plutôt émue et soulagée que le tableau soit si bien conservé. "Il y a toujours le tableau qu’on attend derrière, mais là a priori non. On sait que ça arrive, mais ça reste exceptionnel", souligne Alexandra Jalaber, conservatrice adjointe.

Le public pourra découvrir le tableau dès l'été prochain, au Musée Richard Anacréon de Granville.

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !