Victor Hugo et Louis Soutter, regards croisés sur le dessin

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/07/2015 à 18H39
Victor Hugo, Figure de fantaisie, exposée à la maison Victor Hugo dans le cadre de l'exposition "Louis Soutter - Victor Hugo" Dessins parallèles

Victor Hugo, Figure de fantaisie, exposée à la maison Victor Hugo dans le cadre de l'exposition "Louis Soutter - Victor Hugo" Dessins parallèles

© Maison Victor Hugo / Roger Viollet

Jusqu’au 30 août 2015, la Maison Victor Hugo située Place des Vosges à Paris explore les liens entre l'oeuvre de Victor Hugo et l'art moderne, en confrontant les dessins de Louis Soutter avec ceux du poète. Cette exposition réunit deux artistes ayant vécu à deux siècles différents tout en pratiquant un dessin visionnaire.

L’exposition de la maison Victor Hugo "Louis Soutter – Victor Hugo, Dessins parallèles"  propose une conversation intime et poétique entre deux artistes qui ne se sont jamais connus. Passionnés d’histoire et en recherche permanente, ils sont tous deux considérés comme des ouvreurs de l’avant-garde et de la modernité. Une oeuvre double, hors-norme et hors-marge qui brouille tous les codes établis.

Reportage : M. De Mohan / O. Badin / Y. Zysman / A. Le Luhern 


L’exposition met en exergue la passion des deux artistes pour le dessin. Elle place en perspective un écrivain qui a recours au dessin et un dessinateur qui s’inspire de la littérature pour le développement de son œuvre.
 

Louis Soutter "Ame" "Partie" 1937-42 Gouache, peinture aux doigts sur papier

Louis Soutter "Ame" "Partie" 1937-42 Gouache, peinture aux doigts sur papier

© Musée des Beaux arts de Lausanne

La force de l'imaginaire 


À maintes reprises, dans ses dessins de cahiers de 1923 à 1930, ainsi que sa  période dite "maniériste" de 1930 à 1937, Soutter fait référence à l’œuvre littéraire et picturale de Victor Hugo. Il interprète ainsi certains passages de ses romans et poésies. Le cul de Jatte de "Notre-Dame de Paris" apparait alors sous le crayon de Soutter.

L'exposition de la maison Victor Hugo présente avec force cette proximité artistique et imaginaire entre les deux hommes. Visages sombres et expressifs, châteaux en ruines et créatures interlopes peuplent les dessins d'Hugo et de Soutter. 

A gauche dessin au lavis et à la plume de Victor Hugo (La Tourgue en 1835) et à droite encre de Chine de Louis Soutter "Le pont de bois et la tour" 1930-1937

A gauche dessin au lavis et à la plume de Victor Hugo (La Tourgue en 1835) et à droite encre de Chine de Louis Soutter "Le pont de bois et la tour" 1930-1937

© Maison Victor Hugo / Roger Viollet / Manosque collection Sylvie Giono

Tous deux créent sur des carnets des voyages intérieurs et imaginaires. Soutter est passionné par la force descriptive des personnages de Victor Hugo. 
 

Du violon à l’art brut


Dessinateur et violoniste, Louis Soutter (1871-1942) est l’une des figures majeures de l’art suisse du XXe siècle. Entre les Etats-Unis et la Suisse sa vie tumultueuse est marquée par une grosse déception amoureuse. Considéré comme "fou" à son retour, il est placé sous tutelle dans un hospice de vieillards en Suisse où il subit la cruauté des autres pensionnaires. Esseulé intellectuellement, il accède aux arts graphiques d’une manière fulgurante, et commence à dessiner à l’âge de 52 ans.
Louis Soutter, "crépuscule du gangster homme qui tue au verso", 1937-1942 dessin aux doigts

Louis Soutter, "crépuscule du gangster homme qui tue au verso", 1937-1942 dessin aux doigts

© Galerie Karsten Greve, Cologne

Il remplit une quarantaine de cahiers d’écolier d’esquisses et de croquis. Cousin de Le Corbusier et de Pierre Jeanneret, Soutter fréquente Giono et Charles-Ferdinand Ramuz qui l’aident à développer son art et font exploser son œuvre des fameux dessins aux doigts. A la fin de sa vie, atteint d'arthrose et de cécité il ne pouvait plus tenir ses crayons et ses plumes, c'est avec ses doigts qu'il continuait de créer. Il meurt en 1942 mais dès 1945, Jean Dubuffet repère son œuvre singulière que beaucoup assimileront à l’art brut.

"Parvis" 1937-1942 dessin aux doigts, encre sur papier

"Parvis" 1937-1942 dessin aux doigts, encre sur papier

© Galerie Karsten Greve, Cologne

"Louis Soutter/Victor Hugo dessins parallèle" du 30 avril au 30 août 2015 à la Maison Victor Hugo
Horaires : 10h-18h, fermé le lundi
Tarifs : 7€, 5€ tarif réduit