Van Gogh pourrait ne pas s'être suicidé

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/10/2011 à 17H39
La tombe de Vincent van Gogh dans le cimetière d'Auvers-sur-Oise

La tombe de Vincent van Gogh dans le cimetière d'Auvers-sur-Oise

© Wilfried Louvet / AFP

Vincent Van Gogh ne s'est pas suicidé, selon deux auteurs américains. Gregory White Smith et Steven Naifeh, qui viennent de publier une biographie du peintre, affirment qu'il a été tué, peut-être accidentellement, par deux adolescents

Selon l'histoire officielle, Vincent Van Gogh s'est suicidé en 1890 à Auvers-sur-Oise. Cette thèse "n'est pas crédible", assure Gregory White Smith, dans un entretien publié mardi par le quotidien néerlandais NRC Next, au lendemain de la parution aux Etats-Unis et aux Pays-Bas de "Van Gogh, The Life" (La vie de Van Gogh).

"Pourquoi aurait-il mis fin à ses jours juste à ce moment-là ? Il ne  traversait pas la période la plus difficile", s'interroge de son côté Steven Naifeh, co-auteur de cet ouvrage de près d'un millier de pages. "Pourquoi  quelqu'un irait-il peindre alors qu'il prévoit de se suicider ? Cela ne tient pas, tout simplement".

Selon les deux Américains, Vincent Van Gogh n'est pas mort en se tirant une balle dans la poitrine à Auvers-sur-Oise, un village à une trentaine de kilomètres de Paris. Mais il aurait été tué par deux adolescents, les frères Secrétan, dont l'un avait affirmé que le peintre lui avait volé son  pistolet.

"C'était soit un accident, soit un acte délibéré", a assuré Steven Naifeh dans l'émission "60 minutes" diffusée dimanche par la chaîne de télévision américaine CBS.

Pour le conservateur du musée Van Gogh d'Amsterdam, Leo Jansen, cette  théorie est "intéressante". Pour pouvoir y croire, "j'aurais  besoin de nouvelles preuves mais c'est très difficile, cela fait tellement  longtemps", a-t-il déclaré à l'AFP.

Leo Jansen a eu des contacts réguliers avec les deux auteurs américains, lauréats du prix Pulitzer en 1991 pour leur biographie du peintre Jackson  Pollock. "Ils sont venus lire nos documents, travailler sur nos archives, j'ai annoté leur manuscrit", raconte-t-il.

Ann Dumas, conservatrice à la Royal Academy of Arts à Londres et spécialiste du peintre, a elle aussi été consultée : "Ils ont même lu les romans que lisait Vincent Van Gogh  à l'époque."

Le 27 juillet 1890, Vincent Van Gogh quitte l'auberge Ravoux avec brosses et chevalet. Il revient cinq heures plus tard, blessé, et meurt dans les bras de son frère Theo trente heures après, selon la version officielle, que rappelle Ann Dumas.

Selon le témoignage de la fille de l'aubergiste, âgée de 13 ans à l'époque, Vincent van  Gogh aurait répondu "oui" au docteur qui lui demandait s'il s'était suicidé.

"Les deux auteurs n'ont pas trouvé de nouveaux faits, ils les ont seulement  interprétés différemment", souligne Leo Jansen.

Selon Gregory White Smith et Steven Naifeh, le peintre a répondu "oui"  pour protéger les frères Secrétan. "Mais pourquoi les protéger alors qu'ils n'arrêtaient pas de l'ennuyer, de le taquiner?", s'interroge le conservateur.

"Si Vincent Van Gogh  était mort de vieillesse à 80 ans en 1933, nageant dans la gloire et en possession de ses deux oreilles, il ne serait jamais devenu le mythe qu'il est aujourd'hui", soulignait mardi le quotidien néerlandais de gauche De Volkskrant dans un éditorial.

"Ses psychoses, ses dépressions, ses erreurs et leurs manifestations (une oreille coupée, le suicide) sont davantage une partie intégrante de l'histoire 'Vincent van  Gogh' que les cyprès et les champs de maïs".