Une rétro Edward Hopper, peintre de la solitude, à Madrid puis Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/06/2012 à 19H58
'Morning Sun' au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, juin 2012

'Morning Sun' au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid, juin 2012

© J.Soriano. AFP

Le musée Thyssen-Bornemisza de Madrid ouvre mardi les portes de l'une des plus grandes rétrospectives jamais consacrées en Europe à l'artiste américain Edward Hopper, qui voyagera ensuite à Paris. "Il est très improbable qu'une exposition de ce type puisse être à nouveau montée en Europe au cours de la prochaine décennie, voire jamais", a déclaré lundi Tomas Llorens, l'un des deux commissaires de l'exposition.

Composée de 73 oeuvres,- peintures, dessins, gravures et aquarelles -, l'exposition se tient jusqu'au 16 septembre avant de voyager jusqu'au Grand Palais de Paris, où elle sera présentée du 10 octobre au 28 janvier 2013.

"Il s'agit d'un projet très compliqué puisque l'oeuvre de Hopper est très rare : ce fut un peintre très lent", a ajouté Tomas Llorens. "Pour un musée américain, céder un tableau de Hopper est une décision extrêmement difficile." Edward Hopper, qui a plusieurs fois séjourné en France, est surnommé le peintre de la solitude. Nombre de ses oeuvres mettent en scène des personnes seules. Et s'ils sont plus nombreux, alors ses personnages apparaissent isolés l'un de l'autre sans aucun signe de communication entre eux.  

"Nous proposons une relecture européenne de l'oeuvre de Hopper", a déclaré Didier Ottinger, directeur adjoint du Centre Pompidou de Paris et commissaire de l'exposition avec M. Llorens. Au Grand Palais, plus spacieux que le musée Thyssen, d'autres oeuvres viendront compléter l'exposition.

Edward Hopper est mort à 84 ans, en 1967, dans son atelier à New York.

Le musée Thyssen-Bornemisza. Paseo del Prado, 8. Palacio Villahermosa. Spain