Un tableau de Courbet de retour dans le Doubs grâce à des dons

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/03/2013 à 15H57
"Le Chêne de Flagey" de Courbet, de retour dans le Doubs, est exposé au Musée d'Ornans depuis le samedi 9 mars 2013.

"Le Chêne de Flagey" de Courbet, de retour dans le Doubs, est exposé au Musée d'Ornans depuis le samedi 9 mars 2013.

© Sébastien Bozon / AFP

Une toile de Gustave Courbet, "Le chêne de Flagey" (1864), a officiellement rejoint samedi les salles d'exposition du musée Courbet d'Ornans (Doubs), grâce à une souscription. L'appel a permis de réunir quelque 4 millions d'euros pour racheter la toile à un riche Japonais.

Reportage : C.Schulbaum / J-M.Baverel / T.Hardy / E.Debief

Le tableau, également appelé "Chêne de Vercingétorix", devient "l'oeuvre emblématique du Musée Courbet", installé dans la ville natale du peintre (1819-1877), a déclaré samedi, lors de la cérémonie d'inauguration, Claude Jeannerot, président (PS) du Conseil général du Doubs. Pour le peindre, l'artiste avait pris pour modèle un énorme chêné enraciné dans le sol de Flagey, le village de ses grands-parents, non loin d'Ornans.

"La soeur du peintre, Juliette, voulait déjà que ce tableau, véritable métaphore des liens de Courbet avec sa terre natale, devienne l'une des oeuvres emblématiques du musée qu'elle rêvait de créer pour son frère", raconte Marie-Christine Labourdette, directrice des musées de France, citée par l'AFP.

Un long séjour aux Etats-Unis, avant une étape japonaise de 25 ans
A l'origine propriété de la soeur de l'artiste, "Le Chêne de Flagey" avait finalement quitté la Franche-Comté à la fin du XIXe siècle pour les Etats-Unis, vers un exil qui allait durer pas loin de 120 ans... En 1987, le tableau a été acquis 450.000 dollars par Michimasa Murauchi, un riche industriel japonais qui l'a installé dans son musée rassemblant des oeuvres françaises du XIXe siècle.

Ce passionné d'art s'est "rendu à Flagey en 2000 pour voir le site où le chêne avait grandi, avant d'être foudroyé", se souvient Pierre Maire, premier édile de la commune des grands-parents de Courbet. Un nouveau chêne a été planté au même endroit en décembre dernier. Quand Michimasa Murauchi s'est décidé à se séparer du fameux "Chêne", le Conseil général du Doubs, propriétaire du musée d'Ornans, a saisi l'occasion. Mais l'affaire n'était pas simple. "Plus d'une dizaine d'acheteurs de différents pays du monde se sont manifestés" à l'époque pour acheter le "Chêne de Flagey", a expliqué Ando Domen, mandataire de Michimasa Murauchi.

En 2012, le Conseil général du Doubs, propriétaire du musée Courbet d'Ornans, a dû lancer une souscription publique et un appel au mécénat pour pouvoir réunir 4 millions d'euros et racheter ainsi la toile à son propriétaire nippon. Quelque 2,7 millions d'euros ont ainsi été récoltés grâce aux dons d'environ 1.500 particuliers et 41 entreprises, les collectivités locales et l'Etat apportant la somme manquante de 1,3 million d'euros. Le tableau a été classé "oeuvre d'intérêt patrimonial majeur", ce qui permet aux mécènes d'obtenir des avantages fiscaux.

Pour Claude Jeannerot, président (PS) du Conseil général du Doubs à l'origine de ce "pari incroyable", "le retour du tableau sur sa terre d'origine n'aurait pas été possible sans un vaste soutien populaire". Il espère maintenant que la toile renforcera l'attractivité du musée. Le Musée Courbet d'Ornans a attiré plus de 120.000 visiteurs depuis sa réouverture en juillet 2011, après trois ans de travaux.
Une vidéo de présentation du Musée Courbet à Ornans, dans le Doubs (juin 2012)