Un musée Picasso sur la Croisette: du rififi dans l'air

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/06/2012 à 14H59
La Malmaison à Cannes, nouveau musée Picasso ?

La Malmaison à Cannes, nouveau musée Picasso ?

© Sublime Digital

"Picasso - Les chemins du sud", c'est le titre d'une grande exposition qui va se tenir du 1er juillet au 30 septembre entre Cannes et Vallauris. Elle retracera le parcours créatif du peintre catalan sur la Côte d'Azur. A Cannes, le Centre culturel de la Malmaison accueille une vingtaine d'oeuvres réalisées entre 1940 et 1967. Cette exposition, organisée avec le Musée Picasso de Paris, a valeur de test pour un projet à long terme : transformer la Malmaison en véritable musée Picasso. Un projet qui crée la polémique...

Pour jeter les bases de ce projet, le député-maire UMP de Cannes Bernard Brochand s'appuie sur les deux expériences de délocalisation culturelle menées à Metz et à Lens. La première accueille depuis mai 2010 le Centre Pompidou. Quant à la seconde, elle verra s'installer sur ces terres le musée du Louvre en décembre 2012. Cannes pourrait donc faire de même avec le Musée Picasso de Paris qui est fermé pour cause de rénovation juqu'à l'été 2013. Mais l'autre source d'inspiration de Bernard Brochand,  c'est la fameuse "Route Cézanne", créée en 1959 à Aix-en-Provence, et qui est un succès.  Sur ce modèle, "Les chemins du sud" seraient créés sur la base du parcours de Picasso qui s'installa d'abord à Antibes en 1946, puis à Vallauris en 1947, suivi de Cannes en 1955 dans la Villa Californbie avec Jacqueline Roque et sa fille Catherine. C'est là qu'il peindra notamment la série de tableaux intitulée "Les Ménines". Le peintre termina sa carrière à Mougins où il mourut en 1973.
Ancienne dépendance du Grand Hôtel, transormée en musée en 1983, la Malmaison qui accueille pour le moment des artistes du XIXe et du XXe siècle, deviendrait un musée Picasso à part entière... le 3ème de la Côte d'Azur après Vallauris et Antibes. Cela fait peut-être beaucoup pour un même territoire. L'artiste a beau  avoir marqué les lieux, on a envie de dire : "y'a pas que Picasso dans la vie !".