Trompe-l'œil : les Arts décoratifs jouent l'illusion

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 04/02/2012 à 13H31
  • Armoire surréaliste, Marcel Jean (1900-1993), bois peint vernis
  • Papier-peint à motif répétitif imitant la faïence persane, manufacture Desfossé et Karth, 1872
  • Papier-peint, Manufacture Desfossé et Kart, france, fin du XIXème
  • papier-peint à motif répétitif, Manufacture Desfossé et Karth, fin XIXème
  • Tabouret d'aisance - tabouret d'affaires, vers 1770, bois doré, tissus, cuir.
  • Récipient en forme de chou, Göggingen, Manufacture de Josef I de Hesse-Darmstad, 1748-1752, faïence émaillée
  • Collier "Pavés" simulant le relief, Claude et Françoise Chavent, France 2000. Argent et or brossé
  • "Homme assis à une terrasse de café", Gunnar Larsen, 1973
  • Robe Hermès, détail. Léonard, créateur textile, 1952. Toile de coton imprimée au cadre
  • Maillot de bain, Jantzen, Etats-Unis, 1929.
  • Faux-cul, fausses hanches et combinaison-pantalon Heroïc anatomic, modèle 6529, Mugler 1986
  • Exposition "Trompe-l'oeil, imitations, pastiches et autres illusions" au musée des Arts décoratifs à Paris
Précédent Suivant
Précédent Suivant
  • Armoire surréaliste, Marcel Jean (1900-1993), bois peint vernis
    Armoire surréaliste, Marcel Jean (1900-1993), bois peint vernis © Musée des Arts Décoratifs
  • Papier-peint à motif répétitif imitant la faïence persane, manufacture Desfossé et Karth, 1872
    Papier-peint à motif répétitif imitant la faïence persane, manufacture Desfossé et Karth, 1872 © Musée des Arts Décoratifs
  • Papier-peint, Manufacture Desfossé et Kart, france, fin du XIXème
    Papier-peint, Manufacture Desfossé et Kart, france, fin du XIXème © Musée des Arts Décoratifs
  • papier-peint à motif répétitif, Manufacture Desfossé et Karth, fin XIXème
    papier-peint à motif répétitif, Manufacture Desfossé et Karth, fin XIXème © Musée des Arts Décoratifs
  • Tabouret d'aisance - tabouret d'affaires, vers 1770, bois doré, tissus, cuir.
    Tabouret d'aisance - tabouret d'affaires, vers 1770, bois doré, tissus, cuir. © Musée des Arts Décoratifs
  • Récipient en forme de chou, Göggingen, Manufacture de Josef I de Hesse-Darmstad, 1748-1752, faïence émaillée
    Récipient en forme de chou, Göggingen, Manufacture de Josef I de Hesse-Darmstad, 1748-1752, faïence émaillée © Musée des Arts Décoratifs
  • Collier "Pavés" simulant le relief, Claude et Françoise Chavent, France 2000. Argent et or brossé
    Collier "Pavés" simulant le relief, Claude et Françoise Chavent, France 2000. Argent et or brossé © Musée des Arts Décoratifs
  • "Homme assis à une terrasse de café", Gunnar Larsen, 1973
    "Homme assis à une terrasse de café", Gunnar Larsen, 1973 © Dominique Weitz / DR
  • Robe Hermès, détail. Léonard, créateur textile, 1952. Toile de coton imprimée au cadre
    Robe Hermès, détail. Léonard, créateur textile, 1952. Toile de coton imprimée au cadre © Musée des Arts Décoratifs
  • Maillot de bain, Jantzen, Etats-Unis, 1929.
    Maillot de bain, Jantzen, Etats-Unis, 1929. © Musée des Arts Décoratifs
  • Faux-cul, fausses hanches et combinaison-pantalon Heroïc anatomic, modèle 6529, Mugler 1986
    Faux-cul, fausses hanches et combinaison-pantalon Heroïc anatomic, modèle 6529, Mugler 1986 © Laurence Houot-Remy
  • Exposition "Trompe-l'oeil, imitations, pastiches et autres illusions" au musée des Arts décoratifs à Paris
    Exposition "Trompe-l'oeil, imitations, pastiches et autres illusions" au musée des Arts décoratifs à Paris © Laurence Houot-Remy

Faux marbre, faux parquets, faux plafonds ou faux-cul, le musée des Arts décoratifs présente l'art du trompe-l'œil à travers 400 objets sortis de ses collections.

Pline l'Ancien décrivait déjà dans son "Histoire naturelle" comment le peintre Zeuxis (464-398 av JC) avait représenté des raisins si parfaits qu'ils attirèrent de vrais oiseaux. Le trompe-l'œil intéresse depuis l'Antiquité les peintres et les artistes. On en trouve l'origine dans les fresques et mosaïques. Cet attrait pour l'illusion prend ensuite son essor à la Renaissance, et devient un genre à part entière avec le baroque.

Plaque murale en forme de cage à oiseaux, Delft, vers 1780

Plaque murale en forme de cage à oiseaux, Delft, vers 1780

© Musée des Arts Décoratifs

L'exposition montre comment cet art de la "tromperie des yeux" traverse tous les domaines des arts décoratifs : orfèvrerie, papiers peints, porcelaine, bijou, mobilier, mode, affiches… Et prend des formes multiples : imitation, pastiche, illusions d'optique.

Ainsi de nombreuses matières en imitent d'autres : la céramique imite le jaspe, le linoleum imite le plancher, le strass copie le diamant. On trouve aussi des techniques plus rares, voire uniques dans cet art d'imiter une matière avec une autre. Ainsi Gaspard Grégoire (1751-1846), s'acharna toute sa vie à améliorer son invention : un procédé de velours imitant la peinture. L'illusion fonctionne très bien : il faut vraiment s'approcher de ces petits tableaux (Marie Antoinette, Napoléon) pour découvrir l'étrange matière inventée par cet artisan obsessionnel.

Portrait de Marie- Antoinette, et détail. Gaspard Grégoire

Portrait de Marie- Antoinette, et détail. Gaspard Grégoire

© Musée des Arts Décoratifs

Méfiance : en faïence sont les plats garnis de choux ou poireaux.  Plus loin, une pile de livres, en fait un  tabouret d'aisance. Des chapeaux de fleurs, un collier en métal brossé donnant l'impression de volume, des perruques et des faux cils, des faux plis sur une robe Hermès…  L'illusion est partout, dans tout, la mise en abîme déroutante et ludique.

Toujours en clin d'œil, cet art de l'illusion ne cherche pas à berner son public. "Le trompe l'œil a un côté toujours ludique. La tromperie est affichée. Il n'y a pas de volonté de tromper vraiment mais un jeu entre le créateur et le spectateur. Qui en trompant dit "je te trompe mais tu sais que je te trompe". La solution est toujours contenue ou affichée dans l'œuvre", explique Véronique Belloir, conservateur du département textiles anciens des Arts décoratifs et commissaire de l'exposition.

Veste Jean-Paul Gaultier, 1996.  Sergé de rayonne et soie mélangées, imprimé

Veste Jean-Paul Gaultier, 1996. Sergé de rayonne et soie mélangées, imprimé

© Musée des Arts Décoratifs

L'exposition conjugue objets anciens et contemporains. "On essaie de faire s'entre-choquer les époques, pour voir comment elles se répondent et comprendre comment une même question est traitée à travers l'histoire", souligne Véronique Belloir.

Art suprême de l'illusion : l'exposition se termine sur les illusions d'optique et les premiers procédés qui préfigurent la naissance du cinéma.

Cette manie du trompe-l'œil prend parfois des allures kitsch mais la visite est très amusante, et l'on y découvre des objets habituellement remisés dans les réserves du musée. Une jolie exposition à visiter en famille.

Les Arts Décoratifs - galerie d’études
Du 2 Février 2012 au 15 Novembre 2013
Mardi-dimanche 11h-18h / nocturne jeudi jusqu’à 21h
Tarifs : 9,5€ / 8€ tarif réduit

Voir aussi le reportage de France 3 sur la mode du Trompe l'oeil