Trésor Gurlitt : un Matisse pourrait être restitué à la famille d'Anne Sinclair

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/03/2014 à 09H03
"Femme assise" de Matisse sera le premier tableau du trésor de 1.406 oeuvres d'art, retrouvé dans l'appartement munichois de M. Gurlitt en 2012

"Femme assise" de Matisse sera le premier tableau du trésor de 1.406 oeuvres d'art, retrouvé dans l'appartement munichois de M. Gurlitt en 2012

© DR

Un accord était mercredi en vue pour la restitution d'un tableau de Matisse, issu du trésor retrouvé chez un octogénaire allemand, Cornelius Gurlitt, aux héritiers du marchand d'art français juif Paul Rosenberg, selon le porte-parole de M. Gurlitt.

"Nous sommes très confiants d'aboutir à un accord sur la restitution d'ici quelques jours", a indiqué Stephan Holzinger, ce porte-parole, à l'AFP, confirmant une information de la chaîne de télévision publique allemande NDR. Selon cette dernière, le tableau "Femme assise" de Matisse sera le premier tableau du trésor de 1.406 oeuvres d'art, retrouvé dans l'appartement munichois de M. Gurlitt en 2012, à être restitué aux héritiers d'un propriétaire juif spolié, en l'occurrence le marchand d'art juif français Paul Rosenberg, grand-père de la journaliste française Anne Sinclair.

Dans un communiqué, le porte-parole de M. Gurlitt affirme que ce dernier a clairement donné mandat à son avocat, Christoph Edel, par ailleurs chargé d'assurer la tutelle du vieil homme, de rendre les oeuvres pouvant être issues de spoliations, aux héritiers de leurs propriétaires originaux. "Nous mettons en oeuvre ce mandat", affirme l'avocat, cité dans le communiqué, ajoutant: "nous sommes sur le point de restituer une première et importante oeuvre (...) dont on peut raisonnablement penser qu'il s'agit d'art volé".

Monet, Corot, Cézanne... 238 autres tableaux trouvés dans une autre maison de Gurlitt

Par ailleurs, les représentants de M. Gurlitt annoncent que de "nombreuses" oeuvres d'art ont encore été découvertes dans le deuxième domicile de l'octogénaire à Salzbourg, en Autriche. Ce ne sont pas 60 oeuvres qui se trouvaient dans cette maison, comme précédemment annoncé, mais "238", parmi lesquelles "39 peintures à l'huile et des aquarelles de Monet, Corot, Renoir, Manet, Courbet, Pissaro, Gauguin, Toulouse-Lautrec, Liebermann, Cézanne et Nolde", précisent-ils.

Concernant l'ensemble des oeuvres qui étaient en possession de M. Gurlitt, ses représentants souhaitent "réaffirmer que seulement un faible pourcentage (...) peut, selon notre analyse juridique, être issu de vols d'oeuvres d'art". L'affaire Gurlitt a relancé le débat sur la restitution des oeuvres dérobées aux juifs sous le IIIème Reich. Beaucoup reste à faire, même si L'Allemagne a signé, en décembre 1998, la "déclaration de Washington", dans laquelle 44 Etats s'engageaient à retrouver et restituer l'art volé par les nazis.

D'après les dernières recherches d'une cellule d'experts chargés d'enquêter sur l'origine de la collection Gurlitt, on ne peut pas exclure que 458 oeuvres aient été volées ou extorquées à des juifs. Et environ 380 autres auraient été saisies dans les musées allemands comme faisant partie de ce que les nazis classaient dans la catégorie "Art dégénéré".