Suzanne Valadon retrouve Montmartre pour une rétrospective

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/01/2016 à 17H03
Rétrospective Suzanne Valadon au musée de Montmartre

Rétrospective Suzanne Valadon au musée de Montmartre

© France 3

Suzanne Valadon eut pour le moins une forte personnalité. C'est ce qui lui a permis de percer dans le monde très masculin de l'art à la fin du XIXème siècle. Si elle fut aussi la mère de Maurice Utrillo, elle fut elle-même une artiste reconnue au style affirmé. A l'occasion du 150e anniversaire de sa naissance, une exposition lui est consacrée au musée de Montmartre jusq'au 13 mars.

Reportage France 3 Limousin : J. Sousa, F. Lemaire et N. Stil
Suzanne Valadon est née à Bessines-sur-Gartempe près de Limoges, d'une mère blanchisseuse et d'un père inconnu. Très tôt, elle commence par être acrobate de cirque, ce qui témoigne déjà d'une personnalité plutôt active. Mais un accident met fin à cette carrière d'enfant de la balle.

Très vite ensuite, elle part avec sa mère à Paris, à Montmartre où elle commence à découvrir le monde de l'art et surtout celui des artistes. Sa beauté et son charme particulier conduisent des peintres comme Puvis de Chavannes, Toulouse-Lautrec, Modigliani, Renoir dont elle devient la maîtresse à en faire leur modèle ou pour le moins à en dresser le portrait. Elle n'a alors que quinze ans.  
Suzanne Valadon

Suzanne Valadon

© France 3
Dans ce milieu particulier du Montmartre de la fin du XIXesiècle, Suzanne Valadon s'initie naturellement à la peinture pour laquelle elle manifeste rapidement de l'intérêt. Des peintres comme Degas détectent en elle un réel talent qui lui permettra rapidement de pouvoir la faite vivre, elle et son fils, Maurice UItrillo.  
Suzanne Valadon, autoportrait

Suzanne Valadon, autoportrait

© France 3

Maria Gonzalez, responsable de la conservation au musée de Montmartre résume le style de Suzanne Valadon:

Elle a un style particulier que l'on reconnait dans la force de l'application de ses couleurs, son goût pour les contrastes et cette ligne noire caractéristique qui entoure chaque objet, chaque matière, chaque corps. C’est une peinture qui nous parle de la force de cette femme".

Cette technique du trait noir est appelée cloisonnisme parce qu'il cloisonne les zones de couleurs. Inventée par Louis Lanquetin, elle a été developpée avec des nuances diverses par des peintres comme Gauguin et Emile Bernard.

Des couleurs contrastées soulignées par un trait noir précurseur du cloisonnisme

Des couleurs contrastées soulignées par un trait noir précurseur du cloisonnisme

© France 3

Au fil, des années, la personnalité d'artiste de Suzanne Valadon se développe, tout comme sa personnalité de femme, féministe avant l'heure et avant-gardiste. Elle aura une brève relation avec Eric Satie qui lui demandera sa main au matin de leur première nuit. Cette histoire prendra fin rapidement et laissera le pianiste amer et désespéré. Ce sera aussi la seule relation intime qu'on lui connaisse.

Ses nus feront en particulier connaitre Suzanne Valadon

Ses nus feront en particulier connaitre Suzanne Valadon

© France 3

En 1896, elle épouse un banquier. Le mariage durera quelques années et au confort bourgeois et à la sécurité, Suzanne Valadon préfèrera l'incertitude et le piquant de la vie de bohême qu'elle mènera avec son fils et un ami de celui-ci, André Utter, qui deviendra son amant, plus jeune qu'elle de vingt-et-un ans.
Suzanne Valadon peindra cette rupture entre confort et incertitude dans une toile où elle se représente entre son fils et André Utter.
Suzanne Valadon, entre mari délaissé, amant et son fils, Maurice Utrillo

Suzanne Valadon, entre mari délaissé, amant et son fils, Maurice Utrillo

© France 3
Cette aventure durera 14 ans et sera suivie, pour Suzanne Valadon de la période la plus créatrice de sa vie. Elle sera la première femme à peindre des hommes nus. Ce sera André Utter, avec ce que l'on peut imaginer de scandale pour l'époque.

Suzanne Valadon a été une femme révolutionnaire et une femme très courageuse qui a su former sa réputation de peintre dans un milieu très masculin" commente encore Maria Gonzalez.
 

Des hommes nus dont André Utter, pour la 1ère fois peints par une femme

Des hommes nus dont André Utter, pour la 1ère fois peints par une femme

© France 3


Née en 1865, Suzanne Valadon meurt à Paris en 1938. Ses toiles sont aujourd'hui exposées dans les plus grands musées du monde.
Le succès de cette rétrospective - plus de 300 visiteurs par jour - a conduit le musée de Montmartre à prolonger l'exposition jusqu'au 13 mars.


Le Montmartre de Suzanne Valadon

Et pour tenter de mieux cerner la personnalité de Suzanne Valadon, André Huitter et Maurice Utrillo, l'une des équipes de France 3 Ile de France est allée se promener à Montmartre sur les lieux mêmes où a vécu ce "trio infernal" comme on l'a alors appelé...
Reportage : C. Laronce, A. Jacques, L. Gieysse, J. Michaan et P-M. de la Foata