Rétrospective Truphémus : 70 ans d'"Intimité révélée" à la propriété Caillebotte

Par @Culturebox
Mis à jour le 21/02/2017 à 14H18, publié le 21/02/2017 à 14H16
Jacques Truphémus dans son atelier lyonnais.

Jacques Truphémus dans son atelier lyonnais.

© Capture d'écran France 3 Rhône-Alpes

A partir du 25 mars et pendant 3 mois et demi, la propriété Caillebotte, à Yerres, rend hommage au peintre lyonnais en présentant une soixantaine de ses toiles dans une exposition intitulée "L'intimité révélée". L'occasion de découvrir la diversité de son oeuvre et l'évolution de son travail, de l'après-guerre à nos jours. A 94 ans, l'artiste peint toujours dans son atelier lyonnais.

Reportage : S. Adam / V. Benais / Q. Bartoli / A. Saboureau

Formé à l'Ecole des Beaux-Arts de Lyon de 1942 à 1945, Jacques Truphémus reste méconnu du grand public. Pourtant, Balthus disait de lui qu'il était l'un des plus grands peintres français. Il lui a même écrit son admiration dans une lettre, en 1986 : "Vous appartenez à une espèce en voie de disparition ! Vous voyez en peintre. Et vous vivez à travers votre peinture. Vous appartenez à la lignée de Morandi et certains de vos paysages me font penser à Giacometti - tout en étant essentiellement Truphémus - c'est-à-dire unique. Sachez tout de même que je vous suis reconnaissant d'être vous". Quel bel hommage ! 

« La porte », Jacques Truphémus. 1991, huile sur toile, 92 x 73 cm

« La porte », Jacques Truphémus. 1991, huile sur toile, 92 x 73 cm

Malgré une riche et longue carrière, l'artiste fait toujours preuve d'une grande simplicité et humilité. A l'évocation de la rétrospective que la propriété Caillebotte va lui consacrer, il s'émeut : " ça remue beaucoup de souvenirs. C'est vrai que c'est l'occasion de prendre conscience du parcours que j'ai pu faire". En feuilletant le futur catalogue de l'exposition, Jacques Truphémus paraît même étonné d'avoir peint autant de toiles !

Jacques Truphémus dans son atelier lyonnais. 

Jacques Truphémus dans son atelier lyonnais. 

© Capture d'écran France 3 Rhône-Alpes

Sur les 60 tableaux qui seront exposés à Yerres, certains viennent directement de son atelier des quais de Saône, à Lyon. Au moment où ils doivent partir, l'artiste a un pincement au coeur : "Je reste très longtemps avec toutes mes toiles sous les yeux" confie-t-il dans un sourire. "Comme ça, tant qu'elles sont là, j'ai toujours l'impression que je peux encore intervenir. Et puis quand elles partent, je me sens libéré !"

Le peintre de l'intime

L'exposition sera divisée en plusieurs salles thématiques pour révéler la diversité de l'oeuvre de Truphémus, le "peintre de l'intime" : les autoportraits, les scènes lyonnaises (quais de Saône, cafés), les paysages des Cévennes où le peintre passe tous ses étés, les natures mortes, les nouveautés ou encore les portraits de sa femme Aimée, disparue en 2000, avec qui il a vécu un demi-siècle. 
 

On a dit que la peinture de Jacques Truphémus l'apparentait à Bonnard et aux peintres de l'école de Paris, à cette grande tradition de la peinture française, faite de petits riens qui expriment une aspiration au bonheur, mais à bien regarder ses tableaux, on ressent qu'avec des moyens qui n'appartiennent qu'à lui, il excelle à rendre notre monde poétique.

Pierre Nicolas Sainte Fare Garnot, commissaire de l'exposition

 

affiche expo Truphémus