Rétrospective Pierre Bonnard à Bâle : le magicien des couleurs

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/02/2012 à 11H46
Pierre Bonnard, "Fenêtre ouverte sur la Seine" (Vernon) 1911/12. Musée des Beaux-Arts de Nice

Pierre Bonnard, "Fenêtre ouverte sur la Seine" (Vernon) 1911/12. Musée des Beaux-Arts de Nice

© Muriel Anssens, Ville de Nice

Jusqu'au 13 mai 2012, la Fondation Beyeler, à Bâle (Suisse) consacre une rétrospective à Pierre Bonnard, l'un des peintres les plus fascinants de l'art moderne. Soixante-cinq toiles sont présentées, dont beaucoup ont rarement été montrées. L'exposition présente les célèbres scènes de baigneuses, des vues du jardin de l'artiste, des représentations de la vie quotidienne, ainsi que l'animation des rues parisiennes. Le public peut découvrir l'ensemble de la création du peintre, depuis ses débuts dans le groupe des Nabis jusqu'à ses oeuvres tardives, de plus en plus colorées et abstraites.

S'il fut à ses débuts un des peintres du cercle des Nabis, Pierre Bonnard (1867-1947) a développé une oeuvre indépendante et inclassable, sans tenir compte des mouvements majeurs de son époque, comme le cubisme et le surréalisme. Son oeuvre offre l'apparence de la simplicité, mais elle est en fait d'une rare complexité, hors du temps et des courants. D'autant que l'artiste a traité toute sa vie les mêmes thèmes de la vie quotidienne : scènes d'intérieur, paysages, nus féminins (de sa compagne Marthe), autoportraits.

Bonnard est aussi connu pour son immense talent de coloriste. L'exubérance de ses couleurs, parfois franchement incandescentes, l'a rapidement distingué des impressionnistes. Ce qui lui tenait le plus à coeur était de représenter par la couleur toutes les impressions sensorielles d'un lieu. Il a montré la possibilité infinie d'utiliser la lumière. 

Pierre Bonnard, "La grande baignoire" (Nu), 1937-1939. Collection privée

Pierre Bonnard, "La grande baignoire" (Nu), 1937-1939. Collection privée

© Volker Naumann

Pierre Bonnard, "Le café" (1915)

Pierre Bonnard, "Le café" (1915)

© Tate Collection, Londres 2011