Ramiro Arrue peintre de l’âme basque, entre avant-garde et tradition

Par @Culturebox
Publié le 15/07/2017 à 16H17
"Partie de chistera", gouache sur papier, Collection Villa Les Camélias / "Autoportrait", huile sur contreplaqué, Collection de la Ville de Saint-Jean-de-Luz .

"Partie de chistera", gouache sur papier, Collection Villa Les Camélias / "Autoportrait", huile sur contreplaqué, Collection de la Ville de Saint-Jean-de-Luz .

© Euskadi Promotion – Bayonne

Sa terre natale aura été sa principale, voire sa seule source d’inspiration. Le peintre, illustrateur et céramiste Ramiro Arrue est au centre d’une grande rétrospective tout l’été au casino Bellevue de Biarritz. Rarement l’âme basque aura été si bien servie que par ces œuvres fortes et colorées qui racontent l’histoire d’un territoire et d’un peuple fascinants.

Reportage : P. Durandeau / R. Poissonnier / F. Betat
Sur la place d’un village dominé par les montagnes, un couple danse. Un accordéoniste les accompagne tandis que des villageois les contemplent. Cette scène de vie, ce "fandango" (du nom d’une danse espagnole) est l’une des œuvres maîtresses de l’exposition consacrée tout l’été à Ramiro Arrue. Le peintre, peu connu du grand public, est pourtant exposé partout dans le monde, notamment dans le cadre de collections privées. Né en 1892 à Bilbao et mort en 1971 à Saint-Jean-de-Luz, l’artiste aura passé toute sa vie dans ce pays basque qu’il aimait tant.
"L’angélus", gouache sur papier, 1927, Collection Villa Les Camélias.

"L’angélus", gouache sur papier, 1927, Collection Villa Les Camélias.

© Euskadi Promotion – Bayonne
De passage à Paris dans les années 20 pour ses études, Arrue y rencontre les avant-gardistes de l’époque à la tête desquels Modigliani et Picasso. Une modernité qui influencera son œuvre surtout dans l’usage des couleurs primaires et la composition de ses toiles, reflets saisissants de la vie.  

Irradiés de cette lumière propre au pays basque, les personnages et les paysages d’Arrue racontent l’histoire et la culture de cette terre dont il fut le porte-parole. Aujourd’hui encore, ses œuvres sont présentes partout dans le monde. Dans les collections privées bien sûr, mais aussi dans de nombreux musées comme celui de Bilbao en Espagne ou celui qui lui est entièrement consacré à Cap-d’Ail dans les Alpes-Maritimes. Ramiro Arrue gagne à être connu. Vous pourrez le découvrir tout l’été au Casino Bellevue de Biarritz qui expose 350 œuvres de cet artiste basque, corps et âme.