Pollock, Basquiat : les enchères s'envolent à New York

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/05/2013 à 10H54
La toile "Number 19, 1948" de Jackson Pollock (1912-1956) présentée avant la vente à New York, début mai

La toile "Number 19, 1948" de Jackson Pollock (1912-1956) présentée avant la vente à New York, début mai

© EMMANUEL DUNAND/ AFP

Une vente aux enchères d'une série d'oeuvres d'art contemporain, dont un tableau de l'Américain Jackson Pollock, a franchi un record mondial historique mercredi chez Christie's à New York, avec la somme de 385 millions d'euros.

94% des lots ont trouvé preneur pour un total de 495.021.500 USD, selon Christie's. A elles seules, 9 pièces ont été vendues pour plus de 10 millions de dollars chacune, dont un dripping de Pollock à 58,4 millions, et 23 autres oeuvres sont parties à plus de 5 millions de dollars l'unité. 

"C'est la vente aux enchères la plus élevée de l'Histoire" dans le domaine de l'art, s'est enthousiasmé Brett Gorvy, le chef du département de l'art d'après-Guerre et contemporain chez Christie's, estimant que ce record illustre l'entrée dans une "nouvelle ère sur le marché de l'art, où les collectionneurs chevronnés et les nouveaux enchérisseurs rivalisent au plus haut niveau, dans le cadre d'un marché mondial".

"Number 19, 1948" de Jackson Pollock : la technique dite du "dripping"
Cette technique consiste à faire s'écouler la peinture sur la toile depuis un récipient percé. Estimée entre 25 et 35 millions de dollars, la toile a été cédée à 58,4 millions, un nouveau prix record pour l'artiste dans une vente aux enchères, même si certaines de ses toiles sont réputées avoir été échangées à des prix encore plus élevé dans des transactions privées.
"Dustheads" de Jean-Michel Basquiat (1960-1988)

"Dustheads" de Jean-Michel Basquiat (1960-1988)

© Christies
En deuxième position, "Dustheads", une oeuvre de Jean-Michel Basquiat a été vendue à 48,8 millions de dollars, bien au-delà de l'estimation de 25 à 35 millions. Le tableau représente deux personnages grimaçants et très colorés sur fond noir, et témoigne de l'art unique de Basquiat consistant à associer des expressions d'émotion crue à une technique de dessin jamais égalée dans la peinture moderne" a estimé Christie's.

Ces ventes surviennent au lendemain d'une vente record chez son rival Sotheby's qui a vu attribuer une oeuvre du peintre américain Barnett Newman, "Onement VI", pour 43,84 millions de dollars et une autre de Gerhard Richter pour 37,1 millions -le plus haut prix jamais attribué pour une oeuvre d'un artiste vivant.