Plus de 150.000 euros de dons pour restaurer "L'Atelier du peintre" de Courbet

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/12/2014 à 09H24
Une restauratrice intervient sur la toile de Courbet "L'Atelier du peintre" en décembre 2014 au musée d'Orsay

Une restauratrice intervient sur la toile de Courbet "L'Atelier du peintre" en décembre 2014 au musée d'Orsay

© PATRICK KOVARIK / AFP

Plus de 150.000 euros ont été collectés en deux mois et demi auprès du public pour restaurer "L'Atelier du peintre" de Gustave Courbet, une des oeuvres majeures de l'artiste, exposée au musée d'Orsay, a annoncé lundi l'établissement.

Lancée le 1er octobre sur la plateforme de mécénat participatif Ulule et close vendredi dernier, l'opération a permis de réunir 155.374 euros, soit près du tiers du coût de la restauration (600.000 euros), réalisée en direct devant les visiteurs, une première.

Au total, le mécénat participatif et classique, dont l'AFMO (Amis américains du Musée d'Orsay), aura fourni la moitié du montant nécessaire. 1.330 contributeurs ont répondu présents avec un don moyen de 116 euros. Un engouement qui "prouve que l'art est bien l'affaire de tous", a souligné Guy Cogeval, président des musées d'Orsay et de l'Orangerie.
Deux restauratrices interviennent sur "L'Atelier du peintre" de Gustave Courbet, au musée d'Orsay en décembre 2014

Deux restauratrices interviennent sur "L'Atelier du peintre" de Gustave Courbet, au musée d'Orsay en décembre 2014

© PATRICK KOVARIK / AFP
Peinte entre 1854 et 1855, "L'Atelier du peintre" est une toile monumentale qui a beaucoup souffert : ses multiples déplacements, depuis sa présentation dans le "Pavillon du réalisme" édifié par Courbet sur le site de l'exposition universelle à Paris, ont provoqué d'importantes altérations.

Roulée plusieurs fois pour être transportée à Bordeaux en 1865, puis à Vienne en 1873, la toile, de 5,98 m sur 3,61 m, est vendue ensuite à un restaurateur d'art, puis à un collectionneur, avant d'être acquise par le Louvre où elle sera victime d'une fuite d'eau.

La restauration a commencé le 24 novembre dernier derrière une enceinte vitrée permettant au public d'observer le travail des spécialistes. Elle va occuper une équipe de douze personnes pendant un an.