Musée Picasso : le ministère de la Culture met fin au mandat d'Anne Baldassari

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/05/2014 à 14H30
Anne Baldassari en 2010

Anne Baldassari en 2010

© Elaine Thompson

La présidente du musée Picasso à Paris, Anne Baldassari, a été limogée mardi en raison du climat social très dégradé qui régnait dans l'établissement fermé depuis cinq ans pour travaux. Le ministère de la Culture se donne une quinzaine de jours pour lui trouver un successeur.

La nouvelle était attendue. Aurélie Filippetti a donc mis fin au mandat d'Anne Baldassari à la tête du Musée Picasso. "Par respect pour le travail scientifique" conduit par Anne Baldassari, la ministre "lui a proposé de réaliser l'accrochage de la collection pour la réouverture du musée, sans différer pour autant la nomination d'un nouveau président", a annoncé le ministère de la Culture dans un communiqué. 
Depuis plusieurs semaines, ce musée était l'objet d'une polémique à la fois sur la date de son ouverture mais aussi sur un éventuel remplacement d'Anne Baldassari, de plus en plus contestée.
 
Le ministère de la Culture avait déjà tranché le 4 mai sur la question de l'ouverture en l'annonçant officiellement pour septembre, et non plus en juin comme prévu au départ. Restait la question du problème de management, rendue plus épineuse avec la prise de position de Claude Picasso, le fils du peintre, en faveur du maintien d'Anne Baldassari.
"Climat de travail extrêment dégradé" au Musée Picasso
Un rapport de l'Inspection générale des affaires culturelles (IGAC), demandé par la ministre, et rendu en mars, a fait apparaître "un climat de travail extrêmement dégradé, une profonde souffrance au travail et une atmosphère anxiogène mettant en danger les agents", déclare le ministère dans un communiqué. Cette situation s'est traduite notamment "par une série de démissions à des postes clés indispensables pour permettre l'ouverture du musée".

"Les exigences de la réouverture prochaine du musée Picasso dans les meilleures conditions, la protection des agents du musée et le rétablissement d'un cadre de confiance entre le musée et ses interlocuteurs dont les services du ministère de la Culture (...) conduisent à mettre fin au mandat d'Anne Baldassari", déclare le ministère.
A la tête du Musée Picasso depuis huit et demi
 
Entrée en 1992 au musée Picasso, Anne Baldassari, conservatrice du patrimoine, est arrivée à sa tête en 2005. Elle a conduit l'agrandissement de cet établissement avec passion mais sans déléguer et dans une certaine confusion, suscitant le départ de deux directeurs généraux et plus récemment de plusieurs autres directeurs.

Dans une déclaration transmise à l'AFP le 8 juin, 25 cinq agents du musée avaient demandé au ministère de "tirer des conséquences immédiates" de cette situation.
 
Un successeur désigné "sous quinzaine"

Celui-ci sera désigné "sous quinzaine à l'issue d'une procédure de sélection ouverte", précise le ministère dans son communiqué. L'intérim de la présidence est confié à Jérôme Bouët, inspecteur général des affaires culturelles, membre du conseil d'administration du musée.
Pour la présidence, le nom de Laurent Le Bon, directeur du Centre Pompidou-Metz, qui a brigué en vain la présidence du Louvre, puis la direction du musée national d'Art moderne du Centre Pompidou, a commencé à circuler. Comme celui de Didier Ottinger, adjoint au musée national d'Art moderne. Et celui d'Eric de Chassey, directeur de la Villa Médicis à Rome.  
 "Il appartiendra au nouveau président de réunir les conditions permettant l'ouverture du musée au mois de septembre 2014 dans un climat serein et apaisé", déclare le ministère.

Claude Picasso "scandalisé"
Le fils du peintre a déclaré au figaro.fr qu'il était "scandalisé" par le limogeage d'Anne Baldassari. "C'est la ministre de la Culture qui décide de se séparer de Mme Baldassari, alors qu'elle a été nommée par le président de la République et qu'elle devrait être démise par lui", a-t-il déclaré.

Les donations d'oeuvres qu'il avait prévues pour l'inauguration du musée rénové "pourront attendre", a-t-il annoncé. Il avait l'intention d'offrir des documents de Dora Maar sur la création de
"Guernica" et un important carnet de dessins. Claude Picasso précise qu'il compte rester au conseil d'administration du musée.