Mort du peintre Georges Mathieu, maître de l'abstraction lyrique

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 12/06/2012 à 09H52
Georges Mathieu le 8 février 2008 à Paris, lors de la vente aux enchères de sa Mercedes 500K Cabriolet de 1936

Georges Mathieu le 8 février 2008 à Paris, lors de la vente aux enchères de sa Mercedes 500K Cabriolet de 1936

© Jean Ayissi / AFP

Le peintre français s'est éteint dimanche à 91 ans à l'hôpital Ambroise Paré de Boulogne-Billancourt, en proche banlieue de Paris, a annoncé sa famille mardi matin.

ARCHIVE VIDEO : Georges Mathieu invité de l'émission "L'homme en question" en 1978

Précurseur du happening, qualifié par André Malraux de "calligraphe occidental", Georges Mathieu a défendu un art libéré de toutes règles classiques. Au cours d'une carrière très éclectique, il a imaginé des bijoux, des meubles et des tapisseries, mais aussi des affiches pour Air France.

Né Georges Victor Mathieu d'Escaudoeuvres le 27 janvier 1921 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), est devenu, dans les années 1960 et 70, l'un des artistes français les plus célèbres au monde. En France, il symbolisait le peintre "officiel".

Georges Mathieu a été le premier artiste français à réagir violemment contre l'abstraction géométrique. Dès 1947, il a organisé des manifestations en faveur d'un art libéré de toutes les contraintes et habitudes classiques qu'il a nommé "l'abstraction lyrique", privilégiant le geste, le mouvement et l'émotion en peinture.

Le tableau "L'Abduction d'Henri IV par l'archevêque Anno de Cologne" (1958), était exposé cet hiver à Montpellier

Le tableau "L'Abduction d'Henri IV par l'archevêque Anno de Cologne" (1958), était exposé cet hiver à Montpellier

© Pascal Guyot / AFP

Peintre, graphiste, architecte, et designer...
En outre, Georges Mathieu, qui a fait découvrir Pollock aux Français, a été un précurseur du "happening". A la fin des années 60 et dans les années 70, le peintre s'est fait graphiste, architecte et designer. Il a créé une pièce de dix francs (1974), le trophée des 7 d'Or et le logo d'Antenne Deux, dessiné des timbres-poste, les plans d'une usine, des affiches pour Air France, imaginé des bijoux, des meubles et des tapisseries.

Les toiles de Mathieu, membre de l'Académie des Beaux-Arts depuis 1975, sont exposées dans les plus grands musées du monde.

"La beauté partout" comme "devise", pour Aurélie Filippetti
La ministre de la Culture a rendu hommage mardi à Georges Mathieu en estimant que sa devise aurait pu être "la beauté partout". Georges Mathieu "a nommé l'un de ses tableaux les plus célèbres 'Les Capétiens partout'. Sa propre devise aurait pu être 'La beauté partout'", estime la ministre dans un communiqué.

"Il avait décidé en effet de renouer avec une tradition qui tendait alors quelque peu à se perdre, celle de l'artiste qui donne de l'ouvrage aux artisans en effaçant la frontière entre les beaux-arts et les arts décoratifs (...) La beauté partout signifie aussi la beauté pour tous. Georges Mathieu voulait l'offrir au plus grand nombre. Il avait un sens très vif du rôle social de l'artiste parce qu'il savait que seule la beauté sauvera le monde."