Monet, Renoir, Gauguin... les expositions françaises triomphent à l'étranger

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/01/2016 à 12H02
Les chefs-d'oeuvre de Renoir vont bientôt quitter le Musée d'Orsay pour Tokyo

Les chefs-d'oeuvre de Renoir vont bientôt quitter le Musée d'Orsay pour Tokyo

© France 3 / Culturebox / capture d'écran / Musée Orsay

Les chefs-d'oeuvre des grands musées français n'ont jamais autant voyagé. Les tableaux de Monet du musée Marmottan font une tournée triomphale au Japon alors que dans quelques semaines, ce sont des toiles de Renoir qui vont, à leur tour, se rendre au Japon. Des prêts très lucratifs pour les musées qui tentent ainsi de compenser la baisse du mécénat.

Reportage : I. Sabourault / J. Balnc-Lapierre / G. Orain / E. Martin / S. Ripaud
D'avril à août 2016, il sera impossible d'admirer au Musée d'Orsay les toiles d'Auguste Renoir, car elles seront exposées à Tokyo. C'est le cas actuellement pour les Monet du musée Marmottan qui font une tournée triomphale au Japon. Des tableaux de Gauguin sont exposés au Brésil et certaines œuvres du musée du Quai Branly se trouvent à Chicago.

Jamais les expositions françaises ne se sont aussi bien exportées. Des expositions souvent vendues "clés en main" et qui rapportent des millions d'euros aux musées d'origine. Une manière de compenser la perte du mécénat et de récolter des fonds pour rénover les structures. Un phénomène qui n'est pas récent mais qui prend de l'ampleur. Dans les années 60, La Joconde avait été exposée à New-York, puis au Japon, un événement incontournable à l'époque. 

Une politique critiquée par certains

Mais certaines voix s'élèvent depuis quelques années contre cette politique de la "location" d'exposition. Notamment celle de Françoise Cachin, ancienne directrice du Musée d'Orsay et directrice des Musées de France. Cette personnalité du monde de l'art, décédée en 2011, déplorait cette tendance. Elle considérait tout d'abord que ce n'était pas bon pour la conversation des toiles et que cela privait de nombreux visiteurs, et notamment des milliers de touristes, de l'opportunité de voir certains chefs-d'oeuvre lors de leur visite à Paris. Elle était par ailleurs farouchement opposée au projet du Louvre Abou Dhabi, qui ouvrira ses portes à la fin de l'année. 

Le Louvre Abou Dhabi : un accord à un milliard d'euros

Exposer de façon permanente une partie de ses oeuvres à l'étranger, c'est le projet pharaonique du musée du Louvre Abou Dhabi. Le lieu de 64 000 m2, conçu par l'architecte Jean Nouvel, aurait du ouvrir fin 2015 mais les travaux ont pris du retard et l'ouverture est désormais annoncée pour décembre 2016.

En 2007, la France et les Emirats ont signé un accord sans précédent de coopération culturelle sur 30 ans. La construction, le projet scientifique, le prêt d'oeuvres et l'organisation de quatre expositions par an incombent à la France. En contre-partie, les Emirats arabes unis se sont engagés à verser des contreparties d'environ un millard d'euros sur 30 ans, qui bénéficieront au musée du Louvre et à d'autres structures partenaires.