"Matisse en son temps": couleurs et amitiés à la Fondation Gianadda de Martigny

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/06/2015 à 16H01
Matisse à la Fondation Pierre Gianadda

Matisse à la Fondation Pierre Gianadda

© France3/Culturebox

A la fondation Pierre Gianadda de Martigny (Suisse), l’exposition "Matisse en son temps" propose de redécouvrir les œuvres d’Henri Matisse à travers ses amitiés.

Avec plus de 50 toiles de Matisse issues du Centre Pompidou et de collections privées ou muséales suisses, l’exposition "Matisse en son temps" permet de mieux comprendre les influences que les peintres de la première moitié du XXe siècle, souvent devenus des amis, ont eu sur l'oeuvre de l'artiste.

Reportage I. Colbrant / J-P. Rivet / C. Cuilleron

 

Les pérégrinations d’Henri Matisse

 
La première rétrospective consacrée à Matisse à la Fondation Pierre Gianadda célèbre la diversité des couleurs mais aussi celle des amis du peintre. L’exposition débute par une immersion dans l’atelier de Gustave Moreau à l’école des Beaux-Arts dont Matisse était un des disciples. En 1905, la carrière de Matisse connaît un tournant avec l’exposition de ses toiles et de celles de ses camarades (Manguin, Derain, De Vlaminck…) au salon d’Automne de Paris. C’est un scandale. Le critique d’art Louis Vauxcelles parle de "cage aux fauves" pour désigner les tableaux de ces jeunes artistes dont l’explosion de couleurs vives est la marque de fabrique. Le Fauvisme est né.

En septembre 1914, Matisse rend visite à son ami peintre Juan Gris à Collioure. Ce dernier, proche du mouvement cubiste, influence le travail de Matisse. A la même époque, l'artiste se met à peindre des odalisques (femmes orientales nues et allongées) suite à des séjours au Maroc. Il prolonge ainsi l’œuvre de Delacroix. Dans l’entre-deux-guerres, l’artiste prend ses quartiers dans le Midi. Il y retrouve notamment Renoir et Bonnard. A la fin de sa vie, Henri Matisse, qui a soif d’expérimentation, inaugure une nouvelle technique, celle des gouaches découpées. Ce procédé consiste à prendre des feuilles de papier coloré et à les découper pour en faire des compositions.
 

Un lieu d’exposition singulier

 
Depuis 37 ans, la Fondation Pierre Gianadda de Martigny propose des expositions exceptionnelles de Picasso à Cartier-Bresson, de Chagall à Gauguin, en passant par Rodin. Construite autour d’un site gallo-romain, la Fondation est l’œuvre de Léonard Gianadda. Il tombe amoureux du site au printemps 1976. Quelques mois plus tard, son frère cadet Pierre, avec lequel il était très lié, décède accidentellement. Pour lui rendre hommage, Léonard décide de donner son nom à la Fondation d’art qu’il souhaite ouvrir. Elle sera inaugurée deux ans plus tard. Léonard Gianadda, qui fêtera ses 80 ans en août prochain, n’a rien perdu de sa volonté de faire plaisir aux visiteurs. "La satisfaction du public c’est la récompense" déclare-t-il. Membre de l’Académie des Beaux-arts de Paris, ce mécène-ingénieur se dévoue corps et âme pour faire découvrir ou redécouvrir des œuvres majeures au grand public.
 
Fondation Pierre Gianadda

Fondation Pierre Gianadda

© ANDREE-NOELLE POT/EFE/Newscom/MaxPPP

"Matisse en son temps" à la Fondation Pierre Gianadda de Martigny.
Jusqu'au 22 novembre 2015, tous les jours de 9h à 19h.