"Lounès" : les corps torturés de Saïd Atek, hymne à la résistance

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 16/07/2015 à 17H00
L'exposition "Lounès" de Saïd Atek

L'exposition "Lounès" de Saïd Atek

© Saïd Atek/capture d'écran France3/Culturebox

L’artiste plasticien Saïd Atek présente une soixantaine de ses œuvres à l’Hôtel de Région de Rouen jusqu’au 31 août. L’exposition "Lounès" est un hymne à la résistance et à la liberté, en forme d’hommage au chanteur algérien Lounès Matoub.

Déportés, exploités, femmes tondues, l’exposition "Lounès" donne à voir la condition humaine misérable, lorsque le corps est méprisé. Les peintures et dessins exposés représentent des femmes et des hommes aux corps tourmentés. "Je sais que ce sont des images qui peuvent choquer. Pour moi, elles sont parlantes.

Ces choses là s’imposent à moi." explique Saïd Atek. Sur de petits et grands formats, l’artiste explore des thèmes qui lui sont chers : l’identité, la mémoire ou encore la place de l’Homme dans la société. L’exposition est dédiée à Lounès Matoub, auteur-compositeur-interprète, assassiné en 1998 en Algérie pour son opposition au terrorisme.
 
Reportage : M. Libert / E. Partouche / X. Robert

Saïd Atek, une vie entre l’Algérie et la France

Né à Tizi-Ouzou en Algérie, Saïd Atek fait ses études à l’Ecole Supérieure des Beaux-arts d’Alger. En 1990, le peintre s’installe en Normandie, fuyant les évènements tragiques qui opposent alors les islamistes au pouvoir algérien. Il mène depuis ce temps-là toute une réflexion autour du corps, qu’il soit aimé ou maltraité. Très marqué par les atrocités de la guerre, les œuvres de Saïd Atek sont parfois à peine soutenables. Toutefois, l’artiste réfute avec force cette idée : "Je ne trouve pas mon travail noir. Ce que ces gens là ont vécu n’est pas regardable mais qu’on regarde cela sur une toile, c’est absolument rien".
 
L’exposition "Lounès" de Saïd Atek est à admirer jusqu’au 31 août à l’Hôtel de Région de Haute-Normandie de Rouen.