Lhermitte et Millet : les peintres du monde paysan réunis à Reims

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/12/2016 à 19H08, publié le 23/12/2016 à 17H37
A gauche : Les moissonneurs. (Reapers). Peinture de Leon Augustin Lhermitte (1844-1925). Art francais, realisme. Musee des Beaux Arts Pouchkine, Moscou ©FineArtImages/Leemage
A droite : "Le depart pour le travail" Un couple de paysans partant aux champs - Peinture de Jean Francois Millet (1814-1875) 1851-1853 Dim : 0,56x0,47 m Cincinnati, art museum ©Photo Josse/Leemage 

A gauche : Les moissonneurs. (Reapers). Peinture de Leon Augustin Lhermitte (1844-1925). Art francais, realisme. Musee des Beaux Arts Pouchkine, Moscou ©FineArtImages/Leemage
A droite : "Le depart pour le travail" Un couple de paysans partant aux champs - Peinture de Jean Francois Millet (1814-1875) 1851-1853 Dim : 0,56x0,47 m Cincinnati, art museum ©Photo Josse/Leemage 

30 ans séparent les deux peintres qui ne se sont jamais rencontrés. Si Jean-François Millet est resté célèbre, Léon Lhermitte, lui, est aujourd'hui tombé dans l'oubli. Tous deux associés à l'école de Barbizon, ils ont choisi de représenter le monde rural et la vie paysanne. Pour la première fois, le musée des Beaux-Arts de Reims confronte leurs oeuvres dans une exposition.

Reportage : Sophie Dumay, Yves-Olivier Ebe et Véronique Brice
Aujourd'hui, le nom de Léon Lhermitte (1844-1925) reste méconnu du grand public, contrairement à celui de son arrière-petit-fils, le comédien Thierry Lhermitte, qui lui vole la vedette. Mais à son époque, dans la seconde moitié du XIXe siècle, le "peintre des moissonneurs", comme on le surnommait, était très célèbre, tout autant que son aîné de 30 ans, Jean-François Millet (1814-1875), auteur de chefs-d'oeuvre bien connus comme "L'Angelus" (1857) ou "Les glaneuses" (1857). 
"L'Angelus" Paysans priant dans un champs. Peinture de Jean Francois Millet (1814-1875) 1857 Dim. 0,55 x 0,66 m Paris, musee d'Orsay ©Photo Josse/Leemage 

"L'Angelus" Paysans priant dans un champs. Peinture de Jean Francois Millet (1814-1875) 1857 Dim. 0,55 x 0,66 m Paris, musee d'Orsay ©Photo Josse/Leemage 

Vincent Van Gogh avait ainsi la même admiration pour Jean-François Millet et Léon Lhermitte. Il qualifia le premier de "Michel-Ange des paysans" et le second de "maître absolu du portrait". 

Quand je songe à Millet ou Lhermitte, je trouve l'art moderne aussi puissant que l'oeuvre d'un Michel-Ange ou Rembrandt."

Lettre de Vincent Van Gogh à son frère Théo, 1885
A gauche : Léon Augustin Lhermitte ( 1844 - 1925 ) - Photographie Henri Manuel ( 1874 - 1947 )
Coll. Historymages© Collection ChristopheL
A droite : Jean-François MILLET ©Archives-Zephyr/Leemage 

A gauche : Léon Augustin Lhermitte ( 1844 - 1925 ) - Photographie Henri Manuel ( 1874 - 1947 ) Coll. Historymages© Collection ChristopheL A droite : Jean-François MILLET ©Archives-Zephyr/Leemage 

Originaire de l'Aisne et célébré notamment pour son tableau "La paie des moissonneurs" (1882), Lhermitte a bénéficié d'une carrière internationale. Ses oeuvres sont exposées dans les plus grands musées français et étrangers (Philadelphie, Boston, Tokyo, Amsterdam). Il a voulu témoigner du monde paysan "dans son absolue sincérité".
"La paie des moissonneurs" Paysans dans une cour de ferme, l'un d'eux tient une faux. Peinture de Leon Augustin Lhermitte (1844-1925) 1882 Dim. 2,15x2,72 m Paris, musée d'Orsay 

"La paie des moissonneurs" Paysans dans une cour de ferme, l'un d'eux tient une faux. Peinture de Leon Augustin Lhermitte (1844-1925) 1882 Dim. 2,15x2,72 m Paris, musée d'Orsay 

© Photo Josse / Leemage
Millet, lui, a été consacré à juste titre pour avoir donné au naturalisme paysan ses lettres de noblesse. Classé dans le mouvement réaliste, il glorifie l'esthétique de la paysannerie sans misérabilisme, en magnifiant le rapport de l'homme à la nature. 

Un thème commun, deux approches différentes 

S'ils peignent tous deux des scènes champêtres, leur approche du monde paysan est assez différente. C'est cette opposition que le musée des beaux-Arts de Reims a voulu mettre en exergue dans son exposition "Lhermitte dans le sillage de Millet ?", redonnant ainsi toute sa place à Léon Lhermitte. Aux yeux de Van Gogh, en revanche, il n'y avait pas lieu d'opposer les deux artistes.
Avril, Léon Lhermitte 1885. Fusain et estompe, gommage et grattage, craie sépia et estompe, craie blanche, fixés et rehauts de pastel sec noir sur assemblage de feuilles de papier vergé ivoire filigrané
74,6 x 99,4 cm Legs Henry Vasnier, 1907. Inv. 907.19.330

Avril, Léon Lhermitte 1885. Fusain et estompe, gommage et grattage, craie sépia et estompe, craie blanche, fixés et rehauts de pastel sec noir sur assemblage de feuilles de papier vergé ivoire filigrané 74,6 x 99,4 cm Legs Henry Vasnier, 1907. Inv. 907.19.330

© MBA, 2016 /Photo : Christian Devleeschauwer
Jean-François Millet (1814-1875) Berger gardant son troupeau dit aussi Berger gardant son troupeau : effet d’automne. Vers 1865. Crayon noir, pastel sec et estompe sur mise au carreau au pastel sec sur papier vélin grège 
74,5 x 98,4 cm. Legs Henry Vasnier, 1907. Inv. 907.19.337

Jean-François Millet (1814-1875) Berger gardant son troupeau dit aussi Berger gardant son troupeau : effet d’automne. Vers 1865. Crayon noir, pastel sec et estompe sur mise au carreau au pastel sec sur papier vélin grège  74,5 x 98,4 cm. Legs Henry Vasnier, 1907. Inv. 907.19.337

© MBA, 2016 /Photo : Christian Devleeschauwer
19 oeuvres de Lhermitte et Millet sont présentées, principalement des pastels et des fusains. Très fragiles, ces toiles ne sont exposées que 3 mois avant de repartir "se reposer" dans les réserves. C'est donc l'occasion ou jamais de les découvrir.
affiche expo lhermitte millet