Les Tudors stars d'une exposition au Musée du Luxembourg

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/03/2015 à 17H05
Un tableau de l'exposition sur les Tudors, au Musée du Luxembourg (16 mars 2015)

Un tableau de l'exposition sur les Tudors, au Musée du Luxembourg (16 mars 2015)

© Ginies / Sipa

La dynastie des Tudors, immortalisée par la littérature, le cinéma et la télévision, fait l'objet d'une exposition à Paris, au Musée du Luxembourg, jusqu'au 19 juillet. Une occasion de mieux comprendre comment cette famille a fait entrer l'Angleterre dans la Renaissance, tout en se forgeant une image grâce à la peinture face à la France rivale.

L'exposition réunit objets, documents et d'exceptionnels portraits des cinq souverains, dont une vingtaine d'oeuvres de la collection de la National Portrait Gallery de Londres.

"Nous avons voulu montrer comment l'image royale est utilisée dans un but de diffusion auprès des sujets, dans un but politique aussi : on échange des portraits pour établir des unions entre dynasties", explique à l'AFP Cécile Maisonneuve, une des commissaires de l'exposition.

Henri VIII, l'impitoyable

L'image des Tudors (1485-1603) est aussi liée à la vie sentimentale agitée de l'impitoyable Henri VIII, qui se maria six fois et fit exécuter deux de ses épouses, dont la célèbre Anne Boleyn. Pour l'épouser, Henri VIII demanda au pape d'annuler son mariage avec Catherine d'Aragon, et devant le refus du souverain pontife, il rompit avec l'église catholique.
Portrait du roi Henri VIII en 1540, exposé au Musée du Luxembourg

Portrait du roi Henri VIII en 1540, exposé au Musée du Luxembourg

© Ginies / Sipa
Dans le célèbre portrait réalisé d'après Hans Holbein, il apparaît dans toute son ambition, en pied, les jambes écartées, portant un large manteau bordé d'hermine blanche ainsi que le béret. "Henri VIII veut développer en Angleterre une cour aussi prestigieuse que celle de François 1er et, dans ce but, cherche à attirer de nombreux artistes, dont Hans Holbein, venu de Bâle", souligne Cécile Maisonneuve.

Rivalité avec la France et François 1er

Rivalité avec la France, mais aussi avec François 1er qui appartient à la même génération. Deux portraits, l'un de Joos Van Cleve, qui travaillait à la cour de France, l'autre d'après lui, montre les deux souverains vêtus de façon presque identique. "Il n'y avait pas de style vestimentaire anglais à cette époque", note Charlotte Bolland de la National Portrait Gallery, également commissaire. "Henri VIII demandait à son ambassadeur en France si le roi était grand, avait la jambe fine".

Fils de Jane Seymour, également peinte par Hans Holbein, Edouard VI devient roi à neuf ans mais meurt à quinze. Malgré ce règne bref, on possède de lui des portraits à chacun de ses âges. Le plus fort est encore de Holbein : vêtu de rouge, le tout jeune roi - il a deux ans - tient un hochet en guise de sceptre.

Dans un autre tableau, le jeune souverain est peint entouré de plantes héliotropes qui se détournent du soleil pour s'orienter vers lui.

Première femme à gouverner le royaume, Marie 1er monte sur le trône en 1553, à 37 ans. Fille d'Henri VIII et de Catherine d'Aragon, elle épouse Philippe II d'Espagne et restaure le catholicisme. De nombreux grands artistes ont réalisé des portraits d'elle (Anthonis Mor, Hans Eworh), où elle apparaît avec le même visage dur, et le regard sévère.

Elizabeth, "la reine vierge"

Dernière représentante de la dynastie, Elizabeth 1re est surnommée "la reine vierge". Fille d'Anne Boleyn, elle régna pendant 45 ans et ne se maria jamais, même si elle appréciait la compagnie des hommes. Sa mère avait été tuée par son propre père. Elle refusa de nombreux prétendants dont les fils de Catherine de Médicis. Mais "si elle se mariait, son mari deviendrait de fait le roi", relève Charlotte Bolland.
Portrait d'Elizabeth 1re vers 1600

Portrait d'Elizabeth 1re vers 1600

© Ginies / Sipa
Les Tudors sont revenus dans l'actualité avec la série diffusée sur Canal +, puis sur Arte en 2012, ainsi qu'avec le film "Elizabeth : L'Âge d'or", sorti en 2007 avec Cate Blanchett, dont l'une des tenues est exposée.

Mais leur histoire inspira de nombreux artistes. Shakespeare participa à la création du mythe ainsi que Walter Scott, qui influença Victor Hugo pour sa pièce de théâtre "Amy Robsart". Donizetti écrivit pas moins de quatre opéras, suivi par Saint-Saens. Et un premier film sur Elizabeth 1re fut tourné en 1912 avec Sarah Bernhardt...

Les Tudors au Musée du Luxembourg, Sénat
Du18 mars au 19 juillet 2015
19, rue de Vaugirard, Paris 6e
Tél : 01 40 13 62 00
Tous les jours de 10h à 19h
Nocturne le lundi jusqu'à 22h