Les Malassis, une "coopérative de peintres toxiques" sous l'ère pompidolienne

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 31/12/2014 à 11H25
L'Appartemensonge

L'Appartemensonge

© Musée des Beaux-Arts de Dole, cl Jean-Loup Mathieu

Le musée des Beaux-arts de Dôle consacre une exposition à un collectif de peintres un peu oublié : les "Malassis". L'occasion de s'arrêter sur ce mouvement pictural contestataire des années 70.

Le mouvement des "Malassis" prend forme et s'épanouit dans "l'entre-deux-mai", entre mai 68 et mai 81. Six peintre s'unissent dans une même envie, ils s'appellent Henri Cueco, Lucien Fleury, Jean Claude Latil, Michel Parré, Gérard Tisserand et Christian Zeimert (qui démissionne un an après la création). Les Malassis, c'est un quartier de Bagnolet, dans la banlieue rouge. C'est aussi un nom idéal pour se démarquer du système.

Que définissent-ils ensemble ? Une peinture politique et figurative,  qui s'en prend à la "nouvelle société" : la société lisse et sage de Pompidou, la société de consommation, matérialiste. Ils s'opposent aussi à l'image romantique de l'artiste solidaire, et décident de créer des oeuvres collectives. Enfin, ils s'éloignent le plus possible du marché de l'art, notamment en louant leurs oeuvres plutôt que de les vendre.

Le reportage de Laurent Ducrozet, Jean-Stéphane Maurice, Xavier Brand :
"Les Malassis" au musée des Beaux-Arts de Dôle
Jusqu'au 8 février 2015
85 rue des Arênes, 39100 Dôle
tél: 03 84 79 25 85