Les "Belles Heures" du duc de Berry, un manuscrit du XVe siècle exposé au Louvre

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 24/04/2012 à 18H11
Belles Heures du duc de Berry - A gauche, Saint Jérôme enlevant une épine de la patte du lion - A droite, La tentation de saint Jérôme

Belles Heures du duc de Berry - A gauche, Saint Jérôme enlevant une épine de la patte du lion - A droite, La tentation de saint Jérôme

© The Metropolitan Museum of Art, The Cloisters Collection, 1954

Le Louvre expose 47 doubles pages des Belles Heures du duc de Berry, un ouvrage enluminé exceptionnel du début du XVe siècle, réalisé par les frères Limbourg. La restauration du recueil offre une occasion unique de voir un ensemble cohérent de pages (jusqu’au 25 juin 2012)

Les « livres d’heures » étaient des recueils de prières à l’usage des laïcs. Ouvrages de piété les plus répandus à la fin du Moyen-Age, ils étaient considérés comme un moyen d’établir une relation plus immédiate avec Dieu et avec la Vierge, objet d’un des cultes les plus populaires à l’époque.

Jean de France, duc de Berry (1340-1416) est le frère du roi Charles V et l’oncle du roi Charles VI. Outre un rôle politique de premier plan dans les affaires extérieures, il a été un collectionneur fastueux et un mécène avisé, s’entourant des meilleurs artistes de son temps.

Belles Heures du duc de Berry, Annonce aux bergers, détail

Belles Heures du duc de Berry, Annonce aux bergers, détail

© The Metropolitan Museum of Art. The Cloisters Collection, 1954

Les frères Limbourg, de grands artistes au service d'un mécène éclairé
En 1404, à la mort de son frère Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, il prend à son service Herman, Paul et Jean de Limbourg qui ont déjà créé une « Bible moralisée » pour son cadet. Les trois artistes frères travaillent douze ans pour le duc de Berry, avant de disparaître subitement, sans doute de la peste. Ils auront contribué à enluminer plusieurs de ses livres d’heures. Les « Belles Heures » sont le seul qu’ils exécutent dans sa totalité, entre 1405 et 1408 ou 1409.

Les frères Limbourg s’inscrivent dans le courant artistique qui s’est diffusé en Europe à partir de la fin du XIVe siècle, baptisé le gothique international. Il se caractérise par la finesse du travail, des formes élégantes, des couleurs raffinées, des personnages gracieux.

Les Belles Heures du duc de Berry présentent 172 enluminures, souvent pleine page, qui accompagnent des textes de prières. Les Limbourg mettent un art raffiné et de riches couleurs au service de la narration religieuse. Comme les livres d’heures communs, celui-ci comprend les « Heures de la Vierge », avec des images des événements de la vie de Marie, l’annonciation, la nativité, la fuite en Egypte.

Jean d'Orléans, Le Parement de Narbonne, département des Arts graphiques, musée du Louvre

Jean d'Orléans, Le Parement de Narbonne, département des Arts graphiques, musée du Louvre

© RMN (Musée du Louvre) / Michelle Bellot

Une occasion unique de feuilleter un livre enluminé
L’ouvrage des frères Limbourg est exceptionnel car il comprend aussi des cycles sur la vie de saints : sainte Catherine, saint François d’Assise, saint Jérôme. Il ne s’agit plus d’images mais de séquences narratives. Timothy B. Husband, conservateur du Metropolitan Museum of Art de New York, estime dans le catalogue de l’exposition que les artistes ont ainsi inséré dans les « Belles Heures » de « véritables laboratoires, où ils cultivèrent leurs talents considérables de créateurs et de peintres, et où ils développèrent leur art prodigieux du récit illustré ».

Dans les expositions, on voit généralement les manuscrits enluminés ouverts sur une seule double page. Le Metropolitan Museum, qui possède les « Belles Heures » du duc de Berry depuis 1954, a entrepris de les restaurer en 1996. Pour cela, les feuillets du manuscrit ont été détachés de leur reliure et peuvent être montrés au public dans leur intégralité.

Les Belles Heures dans le contexte du gothique international
Ils ont été exposés à Los Angeles et à New York et font une étape à Paris, avant de regagner les Cloisters, le département médiéval du Met, où ils seront de nouveau rassemblés et reliés.

Belles Heures du duc de Berry, Nativité, détail

Belles Heures du duc de Berry, Nativité, détail

© The Metropolitan Museum of Art. The Cloisters Collection, 1954

Les Belles Heures du duc de Berry sont exposées avec d’autres manuscrits des frères Limburg (Très Belles Heures de Notre-Dame, Petites Heures du duc de Berry) ainsi que des œuvres (sculptures, miniatures en ivoire) qui les resituent dans le contexte artistique de l’époque.

Parmi elles, il faut citer le spectaculaire « Parement de Narbonne », grand parement d’autel peint à l’encre noire sur soie blanche (entre 1364 et 1378), conservé au Louvre.

Les Belles Heures du duc de Berry, Musée du Louvre, Paris 1er, Salle de la Chapelle, Aile Sully au 1er étage
Tous les jours sauf le mardi, de 9h à 17h45, nocturnes mercredi et vendredi jusqu’à 21h45
Tarifs : 10 €, gratuit pour les moins de 18 ans, les moins de 26 ans résidents de l’UE, enseignants titulaires du pass éducation, demandeurs d’emploi, cartes Louvre, et pour tout le monde le premier dimanche du mois

Jusqu’au 25 juin 2012