Le Musée Delacroix préempte un portrait de George Sand

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/04/2016 à 09H35
Détail du portrait "George Sand habillée en homme, novembre 1834" de Delacroix

Détail du portrait "George Sand habillée en homme, novembre 1834" de Delacroix

© Extrait du catalogue de la maison d'enchères Osenat

Un tableau d'Eugène Delacroix représentant George Sand désespérée après l'une de ses ruptures avec Alfred de Musset a été préempté par le Musée national Eugène-Delacroix à Paris pour 187.500 euros, a annoncé dimanche la maison d'enchères Osenat.

Le musée a fait jouer son droit de préemption lui permettant d'acquérir en priorité l'oeuvre, en remplaçant le dernier adjudicataire à l'issue des enchères, une fois le tableau vendu. Il était estimé entre 40.000 et 70.000 euros.

Sur ce portrait aux teintes brunes et ocres, "George Sand habillée en homme, novembre 1834", l'écrivain a le visage empreint de tristesse et s'est coupé les cheveux. Après l'une des ruptures qui ont émaillé sa tumultueuse histoire d'amour avec Alfred de Musset pendant deux ans, George Sand avait  envoyé sa chevelure à son amant pour le reconquérir. 

La liaison passionnée entre ces deux figures du mouvement romantique du 19e siècle, qui a pris fin en mars 1835, a inspiré à Alfred de Musset "La Confession d'un enfant du siècle" et à George Sand "Elle et Lui". Le portrait avait été commandé par François Buloz, éditeur de George Sand et rédacteur en chef de la Revue des Deux Mondes, par l'intermédiaire duquel s'étaient rencontrés les deux amants en 1833. Au décès de François Buloz, le tableau avait été racheté par son fils lors d'une vente à Drouot et était depuis resté dans la famille.

"C'était un portrait destiné à servir de base à une gravure. Le peintre n'avait pas nécessairement besoin de jouer sur les couleurs, c'était vraiment les formes qui allaient servir ensuite au graveur", a expliqué à l'AFP la commissaire-priseur Candice Osenat-Boutet. Dans le cadre de cette vacation d'enchères, une huile sur toile, "Le saule sur le Vert" par Henri Martin (1860-1943), a été acquise par un collectionneur français pour 200.000 euros. Le tableau était estimé entre 70.000 et 120.000 euros.