Le marché de l'art a atteint des sommets en 2015

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 20/12/2015 à 15H52
Le 11 mai 2015 au Christie's à New York pendant les enchères des "Femmes d'Alger"

Le 11 mai 2015 au Christie's à New York pendant les enchères des "Femmes d'Alger"

© Thomas A. Clary / AFP

Décidément, le marché de l'art ne connaît pas la crise. Après une année 2014 déjà exceptionnelle pour les enchères, en 2015 les prix se sont encore envolés.

Le marché de l'art n'en finit pas de battre tous les records. Car si 2014 était déjà une année exceptionnelle pour les enchères, 2015 n'est pas en reste. Le 12 mai dernier, chez Christie's à New York, "Les Femmes d'Alger" de Picasso est devenue l'œuvre la plus chère jamais vendue aux enchères pour 179,36 millions de dollars.

Onze minutes pour écraser le précédent record

Il n'avait fallu que onze minutes à l'œuvre pour écraser le dernier record en date : un triptyque de Fancis Bacon cédé en 2013 dans la même maison pour 142,4 millions de dollars.
 
La deuxième toile la plus chère de 2015 bat aussi ce précédent record avec le "Nu couché" de Modigliani adjugé pour la modique somme de 170 millions de dollars. Une vente qui avait pulvérisé le précédent record pour un Modigliani, "Tête", une sculpture vendue en novembre 2014 pour 70,7 millions de dollars.
"Nu couché"

"Nu couché"

© Amedeo Modigliani

Reportage : J.Benzina, B.Girodon, E.Piquereau, V.Castel

Un Gauguin pour 300 millions d'euros

C'est d'ailleurs également en 2015 qu'un nouveau record pour une sculpture a été fixé. "L'Homme au doigt" d'Alberto Giacometti a été vendu chez Christie's une nouvelle fois pour 141,2 millions de dollars. Il n'a suffit à la sculpture que de trois minutes pour battre le précédent record détenu par un autre Giacometti, "L'Homme qui marche I" adjugé en 2010 pour 104 millions de dollars chez Sotheby's à Londres.

"L'homme au doigt"

"L'homme au doigt"

© Alberto Giacometti - Christie's
Une explosion qui pourrait s'expliquer par l'arrivée sur le marché de nouvelles fortunes "qui entendent assoir leur prestige en acquérant pour leurs collections personnelles mais aussi pour constituer des musées privées", explique Harold Hessel, commissaire-priseur chez Expertissim. Le Qatar a par exemple acheté cette année en vente privée une peinture de Paul Gauguin pour 300 millions de dollars.