Le Louvre à l'hôpital, quand le beau soigne les maux

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 10/06/2015 à 15H29
Dans les couloirs et espaces communs de L'hôpital gériatrique Charles-Foix, plusieurs reproductions d'oeuvres issues des collections du Louvre sont exposées.

Dans les couloirs et espaces communs de L'hôpital gériatrique Charles-Foix, plusieurs reproductions d'oeuvres issues des collections du Louvre sont exposées.

© France 3 Culturebox

Faire entrer le Louvre à l’hôpital. C’est l’expérience menée par le premier musée du monde et les Hôpitaux de Paris. Le principe : installer une cinquantaine de copies, toiles ou sculptures, dans les chambres des patients pour stimuler et susciter la discussion. Un premier test a commencé dans un établissement gériatrique d’Ivry avant de s’étendre à d’autres structures du groupe AP-HP.

Premier musée du monde avec 10 millions de visiteurs, le Louvre mène depuis plusieurs années des actions en faveur des publics dits "empêchés" : prisonniers, personnes handicapés et /ou hospitalisées pour leur permettre d’avoir accès aux trésors du musée. Le 13 novembre dernier, un partenariat a été signé entre le Louvre et l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris.

Première structure à bénéficier de ce dispositif : l’établissement gériatrique Charles-Foix à Ivry. Le musée lui a fourni 50 reproductions d'œuvres de la collection du Louvre, regroupées en plusieurs thèmes : la famille, l’enfance, les animaux... Un choix qui n’a pas été fait au hasard : un comité d'experts comprenant psychiatres et gériatres s’est prononcé sur l’impact que pouvaient avoir certaines œuvres. Les patients (volontaires, aucune toile n’est imposée à qui ne le désire pas) ont ensuite choisi une toile.

Un dispositif qui s’insère dans un véritable travail thérapeutique. Une trentaine de membres du corps médical a ainsi été formée pour parler des toiles et susciter la parole des patients autour des œuvres.

Reportage : V. Ponsy / E. Hunzinger / V. Jonnet
Pour le moment, ce partenariat concerne huit établissements franciliens. D’ici au printemps 2016, les œuvres auront circulé dans 128 chambres de courts et de longs séjours. Mais le projet ambitionne de toucher plus largement les patients atteints d'une pathologie lourde (psychiatrie, gériatrie, cancérologie…).

"Le Louvre à l’hôpital" est financé par deux fondations : la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France qui intervient à hauteur de 25 000 euros, et la Fondation Daniel & Nina Carasso.

Deux mondes qui se rencontrent

D’autres musées ont déjà initié des projets un peu similaires avec le milieu hospitalier : en 2012, le musée du quai Branly s'est associé au complexe hospitalier Saint-Louis, Lariboisière, Fernand Widal avec des visites spécifiques au musée, conférences et présentations de fac-similés à l'hôpital. La même année, le musée d'Orsay a entamé des actions ponctuelles au musée et hors les murs avec trois hôpitaux franciliens.

Si le Louvre à l’hôpital s’inscrit dans la ligne de ces projets, il développe une autre facette : la formation. Celle du personnel hospitalier aux bases de l’art et de la médiation culturelle mais également celle des médiateurs du musée. En juin, vingt salariés du Louvre doivent venir à Charles Foix pour mieux appréhender le milieu hospitalier et les difficultés des patients.