"La Syrie au cœur": regards d'artistes activistes sur leur pays en guerre

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/03/2016 à 15H54
Une installation d'un artiste Syrien

Une installation d'un artiste Syrien

© France3/culturebox

"La Syrie au cœur" est à découvrir à la Galerie Le Neuf à Nancy jusqu'au 16 mars. Parmi les artistes présentés, certains sont en exil, d'autres y vivent encore, tous témoignent de la vitalité du processus de création dans un pays où la guerre fait rage. Une exposition pour faire entendre autrement la voix des syriens.

Annulée suite aux attentats de Paris de novembre 2015, l'exposition "La Syrie au coeur" voit enfin le jour à Nancy. L'occasion de découvrir les talents artistiques de ce pays ravagé par la guerre.

Ces artistes opposés au régime apportent ici leur point de vue sur leur patrie en guerre à travers des peintures, des dessins, des installations, des sculptures ou des photographies. Certains ont témoigné à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux en Syrie. Leur travail est à la fois un regard artistique et un témoignage fort sur une actualité brulante.  
 
Reportage : Benoît de Buttler - Eric Bertrand - Hervé Marchetti 

Cette exposition a pu être réalisée grâce à des associations humanitaires ou culturelles comme Diwan en Lorraine et  France Syrie Entraide, en partenariat avec la galerie Europia à Paris.

La plupart des artistes exposés à Nancy sont diplômés d'une école d'art ou de l'université de Damas. Certains se sont réfugiés en France comme Khaled Dawwa. Exilé politique, il vit à Marseille et poursuit son travail de sculptures en argile qui témoignent du sort tragique de son peuple. Dino Ahmad Ali compose ses photos et ses installations visuelles à Paris. Il a déjà exposé dans la région parisienne. 

dino 

dino 

© France3/culturebox


Le designer-graphiste Fares Cachoux, originaire de Homs est surnommé "le graphiste de la révolution". Fares commença son travail après le massacre d'Al-Houla, dans les environs de Homs, en mai 2011 qui a fait plus de 100 victimes dont de nombreux enfants. Grâce à ses posters colorés, l'artiste a créé un langage visuel, lisible sans texte, pour raconter la réalité. Son affiche représentant  Bachar el-Assad cachant un couteau dans son dos, en face de quatre enfants, à été diffusée sur les réseaux sociaux.
 

Fared Cachoux, surnommé le graphiste de la révolution  

Fared Cachoux, surnommé le graphiste de la révolution  

© France3/culturebox


Dans cette exposition, le public pourra aussi retrouver les oeuvres d'Ala Hamameh, Khaled Dawwa, Mohammad Omran, Monif Ajaj, Omran YounisWalid Elmasri.. Tous apportent leur regard artistique sur cette tragédie. Parmi eux, deux jeunes femmes :  Randa Mdah et Reem Yassouf