La splendeur de Véronèse à la National Gallery de Londres

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/03/2014 à 10H22
Paolo Véronèse, "Le mariage mystique de sainte Catherine" (1565-70, détail), Gallerie dell' Accademia, Venise

Paolo Véronèse, "Le mariage mystique de sainte Catherine" (1565-70, détail), Gallerie dell' Accademia, Venise

© courtesy Ministero dei Beni et delle attività culturali et del turismo

La National Gallery de Londres présente une cinquantaine de tableaux de Véronèse, pour une rétrospective unique du grand peintre de la Renaissance vénitienne qui réunit des œuvres parfois séparées depuis des siècles (jusqu'au 15 juin 2014).

Il s'agit de la plus grande collection d'œuvres de Véronèse (1528-1588) jamais vue au Royaume-Uni. Les peintures de l'artiste, un des plus prisés à Venise au XVIe siècle, ornaient en son temps les églises, les palais, les villas et les bâtiments publics de toute la Vénétie.

La National Gallery a réuni des tableaux de chaque étape de la carrière de Véronèse, prêtés par l'Italie, les Etats-Unis, la France, l'Espagne…
Paolo Véronèse, "Vierge et Enfant avec saint Pierre" (vers 1550), Pinacoteca Civica, Vicenza

Paolo Véronèse, "Vierge et Enfant avec saint Pierre" (vers 1550), Pinacoteca Civica, Vicenza

© courtesy Musei Civici Vicenza
Un diptyque réuni
"On a réuni des tableaux qui n'ont jamais quitté Venise, d'autres qui n'ont jamais quitté Paris depuis le 19e siècle. On a des oeuvres qui avaient été séparées depuis 300 ou 400 ans, qui n'ont probablement plus été vues ensemble depuis qu'elles ont été créées dans l'atelier de Véronèse", s'enthousiasme le commissaire de l'exposition, Xavier Salomon.

Ainsi, deux retables destinés à l'église de San Benedetto Po près de Mantoue, qui formaient un diptyque, se retrouvent : "La Vierge et l'Enfant avec saint Antoine abbé et saint Paul l'hermite", du Chrysler Museum of Art, Norfolk en Virginie, et "La Consécration de saint Nicolas" de la National Gallery seront exposés ensemble pour la deuxième fois seulement depuis le XVIIIe siècle.
Paolo Véronèse, "Portrait d'une Vénitienne", dite "la Belle Nani", vers 1560, Musée du Louvre, Paris

Paolo Véronèse, "Portrait d'une Vénitienne", dite "la Belle Nani", vers 1560, Musée du Louvre, Paris

© RMN (Musée du Louvre) / DR
Trois des plus beaux portraits de Véronèse
Parmi les pièces phares de l'exposition, trois des plus beaux portraits réalisés par le peintre à son arrivée à Venise : le "Portrait de gentilhomme au manteau" du Palais Pitti de Florence, le "Portrait d'une Vénitienne" dit "La belle Nanni" du Louvre et le "Portrait de gentilhomme tenant un chapeau à la main" du Getty Museum de Los Angeles.

"L'Adoration des Mages" (1573) de la National Gallery, récemment nettoyée, est présentée à côté d'un retable traitant du même sujet et réalisé la même année pour l'église de Santa Corona de Vicence. Deux œuvres jamais vues ensemble depuis qu'elles ont quitté l'atelier de l'artiste.
Paolo Véronèse, "Allégories de l'amour, le respect" (vers 1570), National Gallery, Londres

Paolo Véronèse, "Allégories de l'amour, le respect" (vers 1570), National Gallery, Londres

© The National Gallery, London
Un succès annoncé
Paolo Caliari, dit Véronèse en référence à la ville de Vérone où il est né, est certainement, selon Xavier Salomon, "le peintre le plus représentatif de la Renaissance de Venise dont il montre toute l'opulence et la grandeur" avec ses tableaux aux arrangements théâtraux, illuminés de lumière et de couleur.

Pour la critique britannique, il ne s'agit pas seulement de la plus grande exposition jamais consacrée à l'artiste au Royaume-Uni, mais aussi de l'un des rendez-vous à ne pas manquer cette année, et elle pourrait connaître le même énorme succès que celle de Léonard de Vinci en 2011.

"Veronese : Magnificence in Renaissance Venise", National Gallery, Londres
du 19 mars au 15 juin 2014